•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’hôpital de Trois-Rivières « au bord de la limite », dit François Legault

L'urgence du CHAUR de Trois-Rivières.

Le CHAUR fait lui-même face à cinq éclosions de COVID-19.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Le premier ministre François Legault a cité le CHAUR dans la liste des hôpitaux « au bord de la limite » lors de son point de presse quotidien. La région compte actuellement 50 hospitalisations dans ses unités COVID à Trois-Rivières et Drummondville. Sept de ces patients sont aux soins intensifs. La capacité maximale combinée des deux hôpitaux est de 56 lits pour les patients atteints de la COVID-19 et 10 aux soins intensifs.

Les hospitalisations combinées à la douzaine d'éclosions en cours dans des résidences privées pour aînés forcent la direction régionale de la santé à accentuer le délestage. Depuis quelques jours, les activités de l'unité de courte durée de gériatrie (UCDG) du centre Christ-Roi à Nicolet sont suspendues. Une partie du personnel a été dépêché au centre L'Assomption à Saint-Léonard-D'Aston.

De plus, les chirurgies non urgentes sont reportées et des infirmières praticiennes spécialisées de première ligne (IPSPL) de plusieurs groupes de médecine familiale ont été déployées à l'École nationale de police de Nicolet et dans les milieux en éclosion. Le ministre de la Santé, Christian Dubé, affirme que les chirurgies ont été maintenues à 80% pendant la deuxième vague. Si la situation continue d’être difficile dans certaines RPA, il va falloir faire plus de délestage, affirme le ministre, puisque le personnel hospitalier est appelé en renfort.

On ne va pas dans la bonne direction.

François Legault, premier ministre

La pression sur le système de santé est telle que les fêtes de fin d’années sont remises en cause. Le premier ministre promet une décision le 11 décembre. On va regarder de très près la situation dans les hôpitaux. Ça va être le critère peut-être le plus important dans notre décision finale, précise François Legault.

Les employés de la santé fatigués

Ce sont 6542 employés de la santé dans la province qui sont soit en congé de maladie, soit en retrait préventif, un nombre qui augmente chaque jour. C’est un épuisement de plus en plus important de nos ressources, s’inquiète la présidente par intérim du syndicat des professionnelles en soins de la Mauricie et du Centre-du-Québec, Jacynthe Bruneau.

Un comité a été formé pour trouver des solutions au manque de personnel sur le terrain en fonction des besoins. Selon le syndicat des professionnelles en soins de la région, l'ensemble des départements sont maintenant touchés par le manque de personnel. La présidente Jacynthe Bruneau affirme que la fin de semaine prochaine, 30 quarts de travail ne sont pas comblés seulement aux soins intensifs de l'hôpital Trois-Rivières.

Ça n’avait jamais été aussi pire que ça.

Jacynthe Bruneau, présidente par intérim du syndicat des professionnelles en soin

Jacynthe Bruneau affirme que la situation est préoccupante et estime que les rassemblements à Noël risquent de compromettre les soins à la population. Entre ce qu’on a envie et ce qu’il est nécessaire de faire, un moment donné, il faut prendre une décision. Je pense que le plus sage, serait d’éviter les rassemblements dans le temps des fêtes, affirme madame Bruneau.

Du renfort dans les résidences pour personnes âgées

Alors que le centre l’Assomption de St-Léonard-d’Aston est en tête des résidences les plus touchées de la province, une seule nouvelle infection au sein du personnel a été rapportée mardi.

À la résidence pour aînés Les Jardins du parc linéaire de Victoriaville 69 résidents et 23 employés ont été infectés. La directrice générale, Sylvie Bergeron, également touchée par le virus, affirme que deux résidents ont succombé à la maladie depuis 24 heures. Même si elle affirme recevoir le soutien de la Santé publique, la pression demeure importante sur le personnel en place dans ce complexe de 270 résidents.

Ce dont nous avons besoin actuellement c’est des préposés aux bénéficiaires parce que mes employés ont quitté eux aussi pour une quarantaine. Graduellement, les employés reviennent à tour de rôle, explique Sylvie Bergeron.

Avec les informations d'Amélie Desmarais et Jean-François Dumas

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !