•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le pilote des Diamants Dominik Walsh laisse une dynastie derrière lui

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Dominik Walsh prend la pose avant un match

Dominik Walsh occupait les fonctions d'entraîneur-chef et de directeur général depuis sept saisons.

Photo : Radio-Canada / Guillaume Piedboeuf

Depuis son passage avec les Diamants comme joueur, au milieu des années 2000, Dominik Walsh s’était toujours vu diriger l'équipe. Ce qu’il a fait avec plus de succès que n’importe qui avant lui, ces sept dernières années. À 35 ans, l’homme de baseball tourne maintenant la page, laissant une dynastie derrière lui.

L’une de mes premières journées au baccalauréat en intervention sportive, on devait dire où on se voyait dans 10 ans. J’avais dit que je voulais entraîner les Diamants et gagner ma vie avec le sport-études. C’était mon chemin. C’était tracé, se rappelle Dominik Walsh.

Son plan de carrière s’est réalisé à la perfection et avec plus de succès qu’il n’aurait pu rêver : sept saisons à la barre de l’équipe, six finales de la Ligue de baseball junior élite et quatre championnats.

De tourner le dos à ça, c’est vraiment bizarre, mais je suis zen là-dedans parce que je sais que c’est le choix à faire.

Une réflexion accélérée par la pandémie

L’entraîneur et directeur général songeait à quitter son poste depuis la naissance de son deuxième enfant, il y a un peu plus de deux ans. L’équilibre était difficile entre la famille, les Diamants et son principal emploi d’entraîneur au programme baseball-études des Canonniers de Québec.

La décision est devenue tellement claire au printemps quand j’ai passé du temps sans arrêt avec mes deux petites filles.

Walsh a donc annoncé sa décision la semaine dernière, mais il savait déjà au moment de remporter son 4e championnat, le 27 septembre, qu’il dirigeait son dernier match dans l’abri des Diamants.

Quand le dernier retrait s’est fait, je ne me suis pas lancé sur le terrain avec les joueurs. Je suis resté en retrait sur le banc pour voir la réaction de tout le monde et savourer le moment.

Dominik Walsh

Des succès exceptionnels

L’entraîneur admet que le fait que son équipe ait pu aspirer aux grands honneurs chaque année, sans jamais avoir à sacrifier une saison pour reconstruire, est l’une de ses plus grandes fiertés.

C’est quand même quelque chose. Il y a 13 équipes dans la ligue, ce n’est pas normal qu’on soit toujours en finale , lance-t-il.

Les joueurs des Diamants de Québec sur le banc.

Dominik Walsh a vu grandir ses joueurs avec les Diamants.

Photo : Radio-Canada / Marc-André Turgeon

Son passage avec les Diamants a été particulier, ajoute-t-il, parce que l’équipe était composée de joueurs avec qui il travaillait depuis leur première secondaire au programme sport-études.

Ça a été vraiment spécial de poursuivre avec eux jusqu’à 22 ans, les voir évoluer et devenir des hommes, mais mon dada, à la base, c’est le développement des jeunes, explique-t-il.

Gélinas ou Peley candidats?

Le père de famille revient donc à la base en choisissant d’accorder tout son temps aux jeunes du programme des Canonniers, avec qui il aura un rôle accru.

Quant à son successeur à la barre des Diamants, Walsh donne un coup de main à l’équipe pour tâter le terrain auprès de quelques candidats. Les Alouettes de Charlesbourg, rappelons-le, sont également à la recherche d’un nouvel entraîneur-chef.

Il sera intéressant de voir si des visages connus du baseball à Québec, Karl Gélinas et Josué Peley, déjà impliqués avec les Canonniers, pourraient vouloir relever ces défis.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !