•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La majorité des patinoires du Grand Montréal ouvertes cet hiver

À Longueuil, la possibilité que plus de la moitié des patinoires habituelles ne soit pas aménagées est devenue un enjeu politique.

Patins sur une patinoire extérieure.

Il y aura du patinage, mais pas de hockey sur les glaces de la métropole cet hiver.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Les municipalités de la région métropolitaine commencent à faire connaître leurs politiques en matière d’accès aux patinoires extérieures publiques tandis que l’hiver montre le bout de son nez et que la menace de la COVID-19 semble encore loin de se résorber.

La Ville de Montréal a décidé de limiter le moins possible l’accès aux surfaces gelées. Pas question, toutefois, d’y tenir des matchs de hockey ou d’y accueillir plus de 25 personnes à la fois, sauf sur la patinoire du mont Royal, qui pourra recevoir jusqu’à 50 patineurs.

Il va pouvoir y avoir de la pratique de hockey par groupe de deux ou par famille, donc les gens vont pouvoir se faire des passes, a spécifié le conseiller municipal Hadrien Parizeau, qui est conseiller associé aux sports et loisirs au sein du comité exécutif. Mais il ne pourra pas y avoir de matchs, parce que les mesures de distanciation à deux mètres vont être difficilement respectables.

Une exception est toutefois prévue pour les groupes scolaires.

Pour atténuer le plaisir puis le goût des gens de dire : "On va faire des matchs", on ne mettra pas de filet cet hiver, a aussi indiqué l’élu de l’arrondissement d'Ahuntsic-Cartierville.

Les élus montréalais invitent les citoyens à faire preuve de bon sens et comptent sur leur civisme, mais n’écartent pas la possibilité de fermer les patinoires en cas d’indiscipline de la part des citoyens.

Chaque arrondissement gère les patinoires sur son territoire et devrait donc prendre ses propres décisions à ce sujet au cours de l'hiver.

Dans l’ensemble, Montréal compte plus de 200 patinoires extérieures.

Des approches différentes d'une rive à l'autre

Laval, qui dispose d’une cinquantaine de patinoires, prévoit aussi les ouvrir. La Ville est présentement à déterminer combien de personnes seront autorisées à y patiner à la fois.

À Longueuil, environ la moitié des patinoires et des ronds de glace seront fermés, selon une estimation de l’opposition officielle. Une information que n’a pas voulu confirmer ou démentir l’équipe de la mairesse Sylvie Parent.

L'hôtel de ville de Longueuil, en hiver.

Des élus et des citoyens de Longueuil dénoncent l'intention apparente de la Ville de ne pas ouvrir toutes ses patinoires.

Photo : Radio-Canada / Bernard Barbeau

On sait toutefois que les règles y seront légèrement plus sévères qu’à Montréal.

Le nombre de patineurs sera limité à 25, une distanciation de deux mètres sera exigée, mais personne ne sera autorisé à jouer au hockey. Les bâtons et les rondelles seront carrément interdits, tandis que l’accès aux chalets sera limité à ceux qui enfilent leurs patins.

L’opposition longueuilloise mécontente

Le conseiller Robert Myles, qui représente le district de Greenfield Park, s’est plaint du fait qu’il ne devrait y avoir presque aucune patinoire dans son arrondissement, et le nouveau chef de Longueuil Citoyen et chef de l’opposition, Xavier Léger, aimerait que l’administration Parent fasse preuve de plus de transparence. On ne nous transmet pas l’information, dénonce-t-il.

Lors de la présentation de son plus récent budget, la Ville de Longueuil annonçait une diminution de 30 000 $ de l’enveloppe consacrée à la culture et aux sports. Les patinoires, d’autre part, y sont nombreuses à être administrées par des organismes communautaires.

La mairesse Sylvie Parent a indiqué que bon nombre de ces organismes connaissent une année financièrement difficile et qu’ils n’ont pas les effectifs ni les compétences nécessaires pour faire respecter les directives sanitaires.

N’empêche, l’opposition estime que l’argent est là et que la Ville a les moyens, par exemple, d’engager une entreprise pour assurer la sécurité des patineurs et le respect des règles.

Avec les informations de Benoît Chapdelaine et Philippe-Antoine Saulnier

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !