•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les entreprises toujours visées par les éclosions en Chaudière-Appalaches

Façade de l'usine

Plusieurs employés de l'usine Exceldor de Saint-Anselme ont dû subir un test de dépistage.

Photo : Radio-Canada / Carl Boivin

Kassandra Nadeau-Lamarche

Les éclosions de cas de COVID-19 en milieux de travail restent problématiques en Chaudière-Appalaches, bien que la situation semble se stabiliser pour la population plus âgée selon le CISSS de Chaudière-Appalaches

La situation semble se stabiliser dans la région de Chaudière-Appalaches, et la moyenne d’âge des personnes infectées est moins élevée. C’est un peu moins nos personnes âgées, ceux qui sont particulièrement vulnérables , se réjouit Julie Lambert, adjointe à la directrice de santé publique de Chaudière-Appalaches.

Julie Lambert appelle tout de même à une certaine prudence. Comme la majorité de nos cas sont dans la population active, on augmente nos risques de transmission, avec les gens qui ont plusieurs contacts sociaux .

Trente-quatre entreprises étaient toujours considéré comme des milieux d'éclosions, lundi, dans la région.

La population réitére l'importance de se faire dépister dès l’apparition de symptômes. Les habitants de la région ont notamment la possibilité d’utiliser la méthode de prélèvement par gargarisme pour le dépistage.

Dépistage chez Exceldor

L'opération de dépistage préventif est terminée à l'usine de transformation Exceldor de Saint-Anselme, où 55 employés ont été testés, principalement au service de la réception du quart de soir.

Huit cas de COVID-19 ont été déclarés depuis le 11 novembre chez des employés, dont cinq dans les derniers jours.

Un neuvième cas a été dépisté, mais n’a pas été comptabilisé puisque l’employé en question ne demeure pas dans la région de Chaudière-Appalaches. Six cas sont toujours considérés comme actifs. 

Roxane Larouche du syndicat des Travailleurs et travailleuses unis de l'alimentation et du commerce estime que la décision d'effectuer cette opération était appropriée. On l’a vu dans plusieurs usines au Québec que de faire ce dépistage-là en amont permettait de circonscrire le virus .

Roxane Larouche estime que la situation à Saint-Anselme est stable puisque pour l’instant, un seul département de l’usine est touché par l’éclosion. Les résultats du dépistage devraient être connus mercredi ou jeudi.

L’usine de Saint-Anselme compte 600 employés.

Avec des informations de Marc-Antoine Lavoie

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !