•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Retrait des livres suggérés par François Legault : leslibraires.ca se dissocie de l’ALQ

Deux livres fermés et un livre ouvert sur une table

L'Association des libraires du Québec fait face à une polémique depuis lundi.

Photo : getty images/istockphoto / Wavebreakmedia

Radio-Canada

La coopérative des Librairies indépendantes du Québec, qui gère le site de vente de livres leslibraires.ca, a pris position, lundi après-midi, contre la décision de l’Association des libraires du Québec (ALQ) de retirer la liste des livres recommandés par le premier ministre François Legault de ses réseaux sociaux. 

Vendredi, l’ALQ, qui avait invité M. Legault à faire part de ses coups de cœur littéraires, a supprimé de Facebook, Instagram et Twitter cette liste en raison de commentaires critiques publiés par des internautes. Ce retrait a suscité une vive polémique, qui a conduit l’ALQ à remettre en ligne cette liste lundi. 

Dans un message publié en ligne, la coopérative des Librairies indépendantes du Québec a rappelé qu’elle était une organisation distincte de l’ALQ et a salué le fait que M. Legault ait fait part de son amour de la lecture.

Notre réseau, Les libraires, se dissocie complètement de l’initiative regrettable de retirer la liste de lecture de monsieur Legault et tient à affirmer haut et fort sa position en faveur de la liberté d’expression, a écrit son président, Alexandre Bergeron. 

En mettant en valeur le rôle essentiel des livres, notre réseau adhère à la pluralité nécessaire des voix, qui ont toutes le droit de se faire entendre, a-t-il ajouté.

Jean-Benoît Dumais, le directeur général de la coopérative, a affirmé par courriel à Radio-Canada que cette controverse n’a eu aucune incidence sur les ventes de livres réalisées par leslibraires.ca depuis lundi.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !