•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Seulement 52 constats pour non-respect des règles sanitaires depuis le 1er avril

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
La façade du quartier général.

Le quartier général de la police de Saguenay

Photo : Radio-Canada / Rémi Tremblay

Radio-Canada

Alors que le Saguenay-Lac-Saint-Jean connaît la pire situation pandémique de la province, le bilan des constats d'infraction remis pour le non-respect des règles sanitaires est relativement faible en comparaison avec d'autres régions. Seulement 52 constats d'infraction y ont été donnés entre le 1er avril et le 15 novembre.

Dans les districts de Roberval, Alma et Saguenay, ces constats d'infraction, qui comprennent surtout des rassemblements illégaux, ont totalisé une somme de 78 444 $. Ce nombre est beaucoup moins élevé qu'ailleurs au Québec, mais il est difficile de dire si la situation est attribuable à l'absence de dénonciation ou au manque de sévérité des corps policiers.

Toutefois, le Service de police de Saguenay (SPS) croit qu'un changement s'impose. Il y a des gens qui ne désirent pas respecter ces règles, donc on va faire en sorte d'appliquer ces recommandations et s'il y a lieu d'appliquer les amendes qui touchent le décret de la santé publique, avertit le porte-parole du SPS, Bruno Cormier.

Le SPS a d'ailleurs sévi deux fois plutôt qu'une auprès d'un résident de l'arrondissement de Chicoutimi, vendredi et lundi. Des voisins ont constaté un deuxième rassemblement illégal dans sa demeure. Cette dénonciation illustre un vent de changement. Au cours de la première vague, il y avait beaucoup de dénonciations. Depuis la deuxième c'était différent, mais au cours des derniers jours, les gens ont recommencé à dénoncer et c'est important de le faire pour nous aider à faire respecter les règlements. Au cours de la fin de semaine seulement, nous avons reçu 26 appels, a poursuivi Bruno Cormier.

Ce resserrement de la surveillance ne s'est pas toutefois pas rendu jusqu'à Alma, où les plaintes se font rares. Selon la conseillère municipale et présidente du comité de sécurité publique, Sylvie Beaumont, une fois qu'un avertissement est donné par des policiers, la population obtempère.

Si on se rend compte qu'il y a des gens qui ne respectent pas les consignes, surtout les consignes de rassemblement, où on sait que ça peut propager rapidement le virus et que l'on ne sache pas d'où ça part, je pense qu'il faudrait que l'on soit un peu plus assidu et que l'on puisse aviser les instances pour que celles-ci puissent procéder, a-t-elle envisagé.

De son côté, la Sûreté du Québec a refusé de dire si elle effectuera un plus grande surveillance du respect des mesures sanitaires dans les prochains jours.

D'après un reportage de Laurie Gobeil

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !