•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Itinérance : aucun problème de communication avec le CISSS de l'Outaouais, dit une conseillère

Renée Amyot répond aux questions de journalistes à l'extérieur de l'hôtel de ville.

La présidente de la commission Gatineau, Ville en Santé, Renée Amyot affirme que la communication avec le CISSS de l'Outaouais se fait « quasi en temps réel ». (archives)

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

L'affirmation du ministre délégué à la Santé et aux Services sociaux, Lionel Carmant, selon laquelle la Ville aurait un problème de communication avec le CISSS de l’Outaouais sur le dossier des itinérants semble avoir piqué au vif les autorités municipales.

Lors d’un point de presse, la présidente de la Commission Gatineau, Ville en Santé, Renée Amyot, qui chapeaute le dossier de l’itinérance a indiqué qu’il n’y avait aucun problème de communication avec le CISSS de l’Outaouais.

Mme Amyot rejette plutôt la balle dans le camp du ministère de la Santé et des Services sociaux en ce qui concerne le problème de l’hébergement des itinérants en Outaouais.

On est toujours présent en situation de crise, on est en première loge pour trouver des solutions avec nos partenaires, on est capable de se parler très rapidement très facilement, donc je ne crois pas que nous ayons un problème de communication avec le CISSSO, a souligné Mme Amyot. Par contre, on a certainement besoin de réponses du ministère concernant la solution qui est proposée par notre partenaire c'est-à-dire les modulaires ou toutes autres solutions qui pourraient paraître plus convenables par le ministère.

Le maire de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin, rappelle que la rencontre de vendredi avec le ministre Carmant et le ministre responsable de l’Outaouais, Mathieu Lacombe, venait de l’initiative de la Ville qui veut trouver une solution rapide sur le dossier de l’hébergement des itinérants alors que Gatineau demeure la seule ville au Québec à accueillir des itinérants dans un aréna.

Ça nous prend une solution à long terme et cette solution doit venir du CISSSO, du gouvernement de Québec parce qu’on sait que Guertin, c'est un pis-aller, ce n’est pas un droit idéal pour passer l’hiver. À Montréal, il y a plus de monde dans les arénas, il faut que nous, on ait une réponse du ministère le plus rapidement possible, a confié le maire de Gatineau.

Des modulables pour loger les itinérants

Les autorités municipales se félicitent que Québec s’investisse personnellement dans le dossier de l’itinérance en Outaouais.

On a un accès direct avec M. Carmant et il y a une discussion qui se fait au plus au niveau c’est positif, mais il y a en quelque sorte une obligation de résultat à relativement court terme, a souligné Maxime Pedneaud-Jobin.

C’est une bonne nouvelle qu’il décide de faire un pas de plus et de s’investir dans le dossier de l'itinérance en Outaouais.

Renée Amyot, présente de la Commission Gatineau, Ville en Santé

Le maire de la Ville et la présidente de la commission souhaitent dorénavant que le ministère agisse rapidement d’autant plus que le projet des modulaires pour héberger les itinérants est à un stade très avancé.

Mme Amyot a rappelé que le CISSS de l'Outaouais avait déjà des plans d’architecte et un emplacement a déjà été choisi, soit le stationnement de l'aréna Robert-Guertin.

Pour ce qui est de la Ville, celle-ci a déjà fait ses devoirs en visitant les lieux et en demandant un décret afin de rapidement faire avancer le projet.

Le CISSSO a évalué plusieurs solutions, pour eux la solution la plus raisonnable et rapide qui est sur la table, c’est le projet des modulaires et c’est un projet qu’ils ont fait cheminé vers le ministère il y a un certain temps, mais c’est la réponse qu'on attend, a expliqué Renée Amyot.

Pour le maire de Gatineau, la balle est dorénavant dans le camp du ministère de la Santé et des Services sociaux.

On commence à manquer de temps pour leur décision c’est ça qu’on a voulu mettre sur la table, c’est que votre décision, ça presse là on ne peut plus attendre, il faut qu'on ait une solution pour l’hiver et le printemps prochain, a réclamé M. Pedneaud-Jobin.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !