•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Cri du cœur national pour l'urgence de moderniser la Loi sur les langues officielles

Affichette de bureau qui indique un service dans les deux langues officielles.

Durant les élections fédérales, les chefs des principaux partis fédéraux se sont tous engagés à moderniser la Loi sur les langues officielles.

Photo : Radio-Canada

La Fédération des communautés francophones et acadienne du Canada (FCFA) a lancé mardi un appel national pour rappeler l’urgence de moderniser la Loi sur les langues officielles (LLO). Rapidement, de nombreux organismes ont répondu à ce cri du cœur, dont l'Assemblée communautaire fransaskoise (ACF) et l'Assemblée de la francophonie de l'Ontario (AFO).

En cette journée de solidarité des communautés, l'Association des municipalités bilingues du Manitoba, la Fédération des francophones de la Colombie-Britannique, l’Alliance des femmes de la francophonie canadienne et la Fédération de la jeunesse canadienne-française font partie des groupes canadiens qui ont pris d'assaut les réseaux sociaux pour unir leurs voix.

À 10 jours de la relâche des travaux parlementaires, le gouvernement fédéral n'a toujours pas indiqué à quel moment il déposera le projet de loi sur la modernisation de la LLO. Cette situation préoccupe l'ACF, qui estime qu'il y a maintenant un risque qu'il ne puisse pas être adopté avant le déclenchement des prochaines élections.

L'ACF a également souligné que l'année qui est sur le point de se terminer a mis en lumière la vulnérabilité du français au pays. Elle dénonce notamment les failles dans le système de communication au public.

En Saskatchewan, les Fransaskois ont reçu les notifications d'urgence en anglais, et c'est inconcevable que nous n'ayons pas le droit de nous faire servir en français en situation d'urgence.

Denis Simard, président de l’ACF

Même son de cloche du côté de l'Assemblée de la francophonie de l'Ontario. Son président, Carol Jolin, a affirmé qu'Ottawa doit agir sans délai parce que le français se fragilise de plus en plus.

Maintenant, c'est le temps de l'action!

Carol Jolin, président de l'AFO

Le président de l'ACF, Denis Simard, a mentionné que les parlementaires ont, à plusieurs reprises, publiquement appuyé la modernisation de la LLO. Il a également rappelé que tous les partis politiques ont reconnu la nécessité de cette modernisation. Il est maintenant le temps de déposer ce projet de loi, a lancé Denis Simard.

L'AFO et l'ACF ont de nouveau encouragé les citoyens à écrire à leur député fédéral pour lui demander de prendre les pas nécessaires envers la modernisation de la Loi sur les langues officielles.

Les organismes francophones du Canada demandent notamment la création d'une autorité centrale chargée de veiller au respect des obligations linguistiques dans tout l'appareil fédéral.

Dans le dernier discours du Trône, le 23 septembre dernier, le gouvernement a reconnu la réalité particulière du français tout en admettant que des mesures particulières doivent être adoptées pour les francophones. Ottawa a aussi déclaré sa volonté de renforcer la Loi sur les langues officielles du Canada.

Avec les informations de Geneviève Patterson

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !