•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Voyage au temps des Vikings pour un couple de Saint-François Xavier au Manitoba

Wendy Speary et Pedro Bedard devant leur hutte avec des vêtements et accessoires du temps des Vikings.

La construction de la hutte a débuté en mai et s’est terminée en septembre. Le couple a essayé, autant que possible, de réaliser la construction avec des outils et des techniques seulement disponibles en Scandinavie, des années 793 à 1066.

Photo : CBC/Radio-Canada / Cory Funk

Radio-Canada

Wendy Speary et Pedro Bedard ont achevé un rêve caressé depuis longtemps : celui de construire une petite hutte comme celle de l’époque des Vikings.

M. Bedard coupe du bois avec sa petite hache faite maison pendant qu’une casserole qu'il a forgée est suspendue au-dessus du feu.

Pour l’heure, cette hutte a survécu à la pluie et à la neige et elle tient toujours le coup, explique Wendy Speary. Donc, j’espère qu’elle passera au travers de cet hiver. Nous ne savons pas, nous n’avons jamais fait ça auparavant.

En raison de la pandémie, le Festival islandais à Gimli aura lieu en mode virtuel et le petit magasin de Wendy Speary a dû fermer. Le couple s’est donc retrouvé avec de l’énergie à revendre.

Correctif

Une version précédente de ce texte indiquait par erreur que le festival avait été annulé.

Nous voulions le faire depuis longtemps. C’était le moment parfait, explique Wendy Speary.

Le couple a passé la plupart de son temps libre à ériger la hutte. S'ils sont novices dans le domaine de la construction de murs de boue et de toit de chaume, ils ne le sont pas en ce qui concerne la reconstruction de l’histoire.

Wendy Speary et Pedro Bedard sont accroupis, près du feu et face à la hutte.

Pour construire la hutte, le couple s'est basé sur une étude qui décrit les techniques de construction viking. Mais ils ont tout de même dû s’adapter.

Photo : CBC/Radio-Canada / Cory Funk

Pedro Bedard a été forgeron au Festival du Voyageur pendant 32 ans. Membres d’une association historique qui fait revivre l’époque de Vikings, Hands of Lugh, le couple est bien connu au Festival islandais de Gimli.

La construction de la hutte a débuté en mai et s’est terminée en septembre. Le couple a essayé, autant que possible, de réaliser la construction avec des outils et des techniques seulement disponibles en Scandinavie, des années 793 à 1066. Selon Pedro Bedard, les outils sont plus avancés qu’on pourrait le croire.

Ils étaient des maîtres de l'artisanat, dit-il en ajoutant que les scies et les perceuses étaient fréquemment utilisées.

Les visages de Wendy Speary et Pedro Bedard vus à travers un trou, comme une fenêtre, dans la hutte.

« Pour l’heure, cette hutte a survécu à la pluie et à la neige et elle tient toujours le coup, explique Wendy Speary. Donc, j’espère qu’elle passera au travers de cet hiver. »

Photo : CBC/Radio-Canada / Cory Funk

Le couple a passé de nombreuses années à coudre des vêtements, forger des outils et cuisiner comme le faisaient les Vikings. Ils croient que recréer des éléments historiques est la meilleure façon de se renseigner sur l'histoire.

Leur fille a partagé des moments historiques avec ses parents. Elle les aidait, chaque occasion, dans des tâches parfois difficiles comme celle de construire un mur de boue.

C’était comme un combat de boue, dit Wendy Speary.

Pour construire la hutte, le couple s'est basé sur une étude qui décrit les techniques de construction viking. Mais ils ont tout de même dû s’adapter.

L'intérieur de la hutte avec un lit, une table et des objets.

Le couple a réussi à passer une nuit dans la hutte sur un lit de bois et un matelas fait d'un sac de toile rempli de paille.

Photo : CBC/Radio-Canada / Cory Funk

Plutôt que d’utiliser de la paille rouge épaisse, l'idéal pour les toits de chaume, ils se sont servis de paille trouvée au Manitoba. Le couple dit avoir utilisé environ 175 000 brins assemblés en bottes qu’ils ont ensuite mises les unes sur les autres pour confectionner le toit.

Au premier froid de l’hiver, le couple a réussi à passer une nuit dans la hutte. Ils disent avoir pu bien se reposer.

Nous entendons beaucoup plus le son des voitures sur l’autoroute Transcanadienne que lorsque nous sommes dans la maison, avoue Pedro Bedard. Mais nous nous habituons et nous l’appelons le son de l’océan.

Avec les informations de Cory Funk

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !