•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Hockey Québec : un comité indépendant enquêtera sur les relations de travail

Gros plan sur un bâton de hockey et une rondelle sur la glace

Une rondelle sur la glace

Photo : Getty Images / Patrick Smith

Radio-Canada

Hockey Québec annonce mardi la mise en place d’un comité indépendant pour enquêter sur les relations de travail au sein de la fédération.

La nouvelle intervient quelques heures après la publication d’une enquête de Martin Leclerc dans laquelle d’anciens et d'actuels employés de Hockey Québec dénoncent un climat de travail toxique.

Le directeur général de HQ, Paul Ménard, et le président du conseil d’administration, Yve Sigouin, réfutent catégoriquement ces allégations.

Dès que l’information m’a été communiquée, j’ai informé mon conseil d’administration de cette situation que nous prenons très au sérieux, indique Yve Sigouin par communiqué. C’est pour cela que nous avons immédiatement décidé de la mise en place de ce comité qui aura toute la latitude pour rencontrer confidentiellement les employés, faire la lumière sur la situation et effectuer des recommandations.

Cela ne remet aucunement en question notre confiance envers le directeur général, Paul Ménard, et notre appui aux décisions difficiles qu’il a eu à prendre depuis le début de son mandat.

Je remercie le conseil d’administration pour la mise en place de ce comité qui nous permettra de mieux comprendre la situation et auquel je vais collaborer en toute transparence, déclare pour sa part Paul Ménard.

Depuis mon arrivée et encore plus dans ce contexte pandémique, j’ai eu à prendre des décisions difficiles et à apporter des changements importants pour la pérennité et la réussite de la fédération. Ce comité nous permettra de clarifier les événements, d’éviter les malentendus et ainsi nous concentrer sur la réussite de notre sport.

L'avocat Michel Fournier sera responsable de l'enquête, a spécifié la fédération dans son communiqué. Difficile de savoir qui a nommé M. Fournier à la tête du comité, Hockey Québec n'ayant pas répondu à notre demande d'entrevue mardi.

Ce flou entretient, pour l'instant, l'illusion quant à la réelle indépendance du comité. Plus tôt dans la journée, le député libéral de Marquette Enrico Ciccone insistait sur l'importance d'éviter toute confusion.

Il n’y a qu’une seule définition d’indépendance. Il ne faut pas qu’il y ait apparence de conflit d’intérêts du tout, a fait valoir le député.

Prudence à la LHMAAAQ

De son côté, la Ligue de hockey midget AAA du Québec (LHMAAAQ) confirme qu'elle a décidé de déménager ses locaux après avoir reçu un appel de Paul Ménard, DG de Hockey Québec, qui s'inquiétait de la proximité physique des bureaux des deux organisations.

Au mois de septembre, j’ai reçu un appel de M. Ménard me demandant de changer le local du midget AAA dans les bureaux de Hockey Québec, sous prétexte qu’on entendrait ce qui se passe dans la salle de réunion qui n’était pas très loin et que des gens auraient dit des choses, a expliqué Yanick Lévesque, président de la ligue.

Après vérification avec mon personnel, c'était pas le cas. J’ai trouvé ça un peu bizarre de recevoir cet appel. Pour éviter tout conflit ou toute mésentente, j’ai convoqué le bureau des gouverneurs et on a pris la décision de carrément déménager d’édifice, a-t-il expliqué.

Le président savait que ça brassait un peu entre le syndicat des employés de HQ et la direction et n'a pas été surpris par les allégations puisqu'il entendait des choses, mais il spécifie qu'il n’a pas eu à dealer avec ça au quotidien. Je serais mal placé, ce serait malhonnête de porter un jugement là-dessus.

M. Lévesque a assuré qu'il s'entendait bien avec MM. Ménard et Sigouin, sans nécessairement partager leur philosophie héritée de l'entreprise privée, et en tient pour preuve la négociation d'un protocole d'entente dans les derniers mois entre les deux organisations qui s'est déroulée sans obstacle majeur.

Ça me titille un peu, mais ça ne m’appartient pas. C’est leur mode de gestion, a-t-il estimé.

Québec s'en mêle

La classe politique n'a pas tardé à réagir en matinée et entend aller au fond des choses dans ce dossier.

J’ai été très surprise en lisant l’article de Martin Leclerc ce matin relativement à la situation qui serait en cours à Hockey Québec. Évidemment, des vérifications seront faites quant aux allégations portées à l’endroit de la direction de Hockey Québec, écrit la ministre déléguée à l’Éducation, Isabelle Charest, sur ses réseaux sociaux.

J’ai à cœur le développement du sport au Québec. Cela passe par des travailleuses et travailleurs passionné(e)s et dévoué(e)s, comme celles et ceux qui œuvrent à Hockey Québec. Ces personnes doivent pouvoir évoluer dans un climat sain, dans lequel elles et ils prennent plaisir à travailler. Nous allons poser les questions nécessaires et obtenir les explications qui s’imposent pour faire la lumière sur cet enjeu, conclut la ministre Charest.

S'il y a un problème en haut de la pyramide, évidemment, ça va se reproduire, ça va descendre au niveau de notre jeunesse. Alors pour moi, elle est là l'inquiétude, et c'est pour ça que c'est important de régler le problème rapidement, affirme le député libéral de Marquette, Enrico Ciccone, à Radio-Canada Sports.

Le conseil d'administration avait demandé à M. Ménard de gérer ça comme une business, ça me dérange un petit peu d'entendre ça, honnêtement, parce que pour moi, on ne fait pas de business dans le sport, surtout dans le sport amateur. On ne fait pas de business avec le développement des joueurs, que ce soit dans le hockey, dans le baseball ou ailleurs, ajoute l'ancien hockeyeur professionnel.

(Avec les informations d'Alexandre Gascon)

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !