•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Québec inaugure le mémorial du Vivre ensemble

Le mémorial rend hommage aux victimes de l’attaque à la grande mosquée de Québec.

Des pierres avec le nom des victimes de l’attentat de la Grande Mosquée de Québec.

L'oeuvre commémorative est dédiée aux victimes de l’attentat de la Grande Mosquée de Québec.

Photo : Courtoisie/Ville de Québec

Kassandra Nadeau-Lamarche

La Ville de Québec a inauguré mardi matin le monument en l’honneur des victimes de l’attaque qui a fait six morts le 29 janvier 2017.

L’oeuvre a été conçue par l’artiste Luce Pelletier et est située de chaque côté de la route de l’Église, à la jonction du chemin Sainte-Foy : une partie au Centre culturel islamique de Québec et l’autre au site patrimonial de la Visitation.

Le mémorial comprend entre autres trois socles de pierre sur lesquels sont inscrits les noms de Khaled Belkacemi, Azzeddine Soufiane, Abdelkrim Hassane, Aboubaker Thabti, Mamadou Tanou Barry et Ibrahima Barry. Au-dessus de celles-ci on trouve six feuilles en aluminium dont le design est inspiré des traditions ornementales des pays d’origine des victimes : le Maroc, la Guinée, la Tunisie et l’Algérie.

Au site de l’ancienne église, on retrouve un dallage circulaire avec un motif d’inspiration fléché, rappelant les traditions québécoises. On y retrouve un banc circulaire et une stèle en pierre.

L’œuvre a été financée par la Ville de Québec, Patrimoine canadien et le gouvernement du Québec par l'entremise de l’Entente de développement culturel, au coût de 440 583 $.

Sur un des éléments du mémorial, on peut également lire la phrase : Nul ne peut atteindre l’aube sans passer par le chemin de la nuit, du poète Khalil Gibran. Cette attention touche particulièrement Régis Labeaume, qui a répété cette phrase lors des obsèques des victimes.

L'inauguration s’est déroulée en présence de plusieurs proches des victimes, du maire de Québec, Régis Labeaume, ainsi que des députés Joël Lightbound et Joëlle Boutin.

Les trois stèles de pierre sur lesquelles sont gravés les noms des victimes de l'attentat de la mosquée.

Dans la portion commémorative, les noms des six victimes sont gravés sur trois stèles de pierre à base carrée. Ces socles sont ornés de feuilles d’aluminium ajourées aux motifs inspirés des pays d’origine des victimes : Maroc, Guinée, Tunisie et Algérie.

Photo : Radio-Canada / Hans David Campbell

« Fond de haine »

Le mémorial a été érigé sur le thème du Vivre ensemble, mais le maire croit toujours qu'un « fond de haine » existe à Québec.

À Québec, il y a un fond de haine qui est entretenu. Il y a des gens qui vont chercher ce qu’il y a de plus mauvais dans l’estomac de l’humain. Et il y en a qui font de l’argent avec ça. Le plus facile [pour] exprimer cette haine-là, c’est contre la différence. On appelle ça du racisme

Une citation de :Régis Labeaume, maire de Québec

Cette déclaration provient quelques jours après le dévoilement des plus récentes données de Statistique Canada qui indique que Québec arrive en quatrième position au pays quant au nombre de crimes haineux par 100 000 habitants en 2019.

Vivre ensemble, ça veut dire que chaque personne a sa place dans la cité, qu’on soit jeune ou vieux, homme ou femme, riche ou pauvre, pratiquant ou non pratiquant, de n’importe quelle ethnie, et peu importe notre orientation sexuelle. Nous avons droit au respect de nos choix, de nos goûts et de nos convictions, a ajouté le premier magistrat.

Sur le mémorial, on peut lire : À la mémoire des victimes de l'attentat du 29 janvier 2017, ainsi qu'une phrase du poète Khalil Gibran.

Le mémorial a été érigé sur le thème du vivre ensemble.

Photo : Radio-Canada / Hadi Hassin

Régis Labeaume a affirmé qu’avec les récents événements survenus dans le Vieux-Québec, la population de Québec a d’autant plus besoin de célébrer le vivre ensemble et l’harmonie.

Régis Labeaume et Aymen Derbali discutent.

Le maire Régis Labeaume s'est entretenu avec un des blessés de l'attentat à la grande mosquée, Aymen Derbali.

Photo : Radio-Canada / Hadi Hassin

Vives émotions

Visiblement ému, le représentant du Centre culturel islamique de Québec Boufeldja Benabdallah a tenu à remercier le maire de Québec ainsi que les différents ordres de gouvernement.

Je parle de vous parce que vous faites des gestes concrets pour votre société, et ça, nous ne l’oublierons pas, parce que c’est comme ça que le bien vivre ensemble peut se construire

Une citation de :Boufeldja Benabdallah

Amir Belkacemi, dont le père, Khaled Belkacemi, est mort le soir de l’attaque, voit le mémorial comme un lieu rassembleur. L’art, c’est un peu un langage universel. Tout le monde est capable de ressentir des émotions à travers l’art. C’est l’objectif qu’on a atteint en fait. Être capable d’avoir un monument qui n’est pas juste une [stèle] ou un bronze, mais qui permet aux gens de se rassembler et de se recueillir.

La signification de l’oeuvre est aussi très forte, selon Aymen Derbali, un des survivants de l’attentat. Ça fait un lien entre les deux côtés de la rue, entre l’église et la mosquée. C’est comme un pont de vivre ensemble entre les deux communautés. C’est un mémorial vraiment très unificateur.

Tout en réitérant son opposition au projet de loi 21 sur la laïcité, il a remercié la députée de la Coalition avenir Québec Joëlle Boutin de son écoute. Il y a des gestes que vous faites bien et nous vous tirons notre chapeau. Il a également remercié le débuté fédéral Joël Lightbound pour son apport dans l’interdiction de plusieurs types d’armes d’assaut.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !