•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Québec décidera du sort des réunions de Noël d'ici le 11 décembre

François Legault, le ministre de la Santé, Christian Dubé, et le Dr Horacio Arruda, directeur national de santé publique du Québec, s'adressent aux journalistes.

Le premier ministre du Québec, François Legault, accompagné du directeur national de santé publique du Québec, Horacio Arruda, et du ministre de la Santé, Christian Dubé.

Photo : La Presse canadienne / Jacques Boissinot

Radio-Canada

Confronté à une augmentation préoccupante des hospitalisations au Québec, le premier ministre François Legault se donne une dizaine de jours pour décider s'il maintiendra ou non les deux rassemblements familiaux permis à Noël.

Actuellement, on ne va pas dans la bonne direction, a prévenu d'entrée de jeu François Legault, qui s’inquiète de la capacité des hôpitaux et du personnel de la santé de faire face à une augmentation importante des hospitalisations au cours des prochaines semaines.

On va regarder de très près dans les 10 prochains jours la situation dans les hôpitaux, ça va être le critère peut-être le plus important dans la décision finale, a indiqué le premier ministre.

Je veux dire la vérité aux Québécois [...] si le nombre d'hospitalisations continue à augmenter comme on le voit actuellement, malheureusement ça ne sera pas possible d'avoir les deux rassemblements à Noël.

François Legault, premier ministre du Québec

Rappelons que Québec a annoncé le 19 novembre dernier que si la situation le permet, des rassemblements en famille ou entre amis d'un maximum de 10 personnes seront autorisés du 24 au 27 décembre prochain pour permettre aux Québécois de se voir un peu pendant les Fêtes.

Mais depuis cette annonce, le nombre de nouveaux cas quotidiens de COVID-19 augmente au Québec tout comme les hospitalisations, qui ont franchi le seuil des 700 au cours des dernières heures dans la province.

Le gouvernement a dû d'ailleurs resserrer les consignes en n'autorisant que deux réunions familiales pendant le temps des Fêtes et non pas quatre, comme le suggérait l'annonce initiale.

Délestage dans les hôpitaux

Le risque de délestage dans le réseau de la santé est désormais bien réel au Québec en raison de l'augmentation constante des hospitalisations ces derniers jours. Ce qui signifie que davantage de chirurgies pourraient être reportées pour prendre en charge des patients atteints de la COVID-19.

Actuellement, environ 80 % des chirurgies prévues sont réalisées, a expliqué le ministre de la Santé Christian Dubé, alors que plus de 130 000 Québécois attendent d'être opérés.

S'il faut obliger du personnel hospitalier à interrompre le travail, notamment des soins et des chirurgies, pour s'occuper des nouveaux cas de COVID-19, la situation ne peut que se détériorer davantage, a prévenu le ministre.

De nombreux hôpitaux seraient d'ailleurs déjà à la limite de leur capacité d'accueil, d'après François Legault, qui dit constater une grande fatigue chez le personnel hospitalier.

Environ 6542 employés du réseau de la santé sont actuellement en congé de maladie ou en retrait préventif.

Préoccupé par l'augmentation des cas dans les Résidences pour personnes âgées autonomes (RPA), M. Legault a par ailleurs lancé un appel à la prudence à ceux et celles qui y travaillent et y habitent afin d'enrayer la propagation de la maladie dans ces établissements très propices aux éclosions, a-t-il souligné.

700 000 vaccins d'ici mars

En ce qui a trait à la campagne de vaccination qui se prépare, François Legault a déclaré que le gouvernement fédéral prévoit fournir des vaccins aux provinces prochainement. Selon les informations dont il dispose, le Québec devrait recevoir environ 700 000 doses d'ici le 31 mars 2021.

Le premier ministre a ajouté ne pas avoir obtenu d'informations supplémentaires de la part d'Ottawa sur l'approvisionnement des provinces en vaccins.

François Legault assure que le Québec sera prêt à lancer ses opérations de vaccination dès le début de janvier.

1177 nouveaux cas et 28 décès de plus

Un nouveau bilan fait état de 1177 nouveaux cas d'infection au cours des dernières 24 heures au Québec, ce qui porte à 143 548 le nombre total de cas de COVID-19 dans la province depuis le début de la pandémie.

La santé publique fait également état de 28 nouveaux décès, pour un total de 7084. De ces 28 décès, 3 sont survenus dans les dernières 24 heures, 22 sont survenus entre le 24 et le 29 novembre, 1 est survenu avant le 24 novembre et 2 sont survenus à une date inconnue.

Le nombre d'hospitalisations a quant à lui augmenté de 26 par rapport aux données de la veille, pour un total de 719 patients alités dans la province. De ce nombre, 98 personnes sont traitées aux soins intensifs, soit 4 de plus que la veille.

Les efforts de dépistage se poursuivent pendant ce temps dans toute la province, où 20 326 tests ont été effectués en date du 29 novembre.

Cela porte à 3 917 699 le nombre total des prélèvements effectués au Québec depuis le début de la pandémie.

Parmi les régions les plus touchées par la pandémie, le Saguenay–Lac-Saint-Jean demeure en tête de liste avec un taux de 385,8 cas actifs de COVID-19 pour 100 000 habitants, suivi de Lanaudière avec un taux de 230 cas/100 000 habitants.

Viennent ensuite la Capitale-Nationale et la Mauricie–Centre-du-Québec avec des taux respectifs de 184 et 162,9 cas actifs par tranche de 100 000 habitants.

À Montréal, le taux de cas actifs est de 156,7 pour 100 000 habitants.

L'opposition réclame un accès direct à Arruda

À Québec, la chef de l’opposition officielle, Dominique Anglade, a réclamé en point de presse que les partis d’opposition aient eux aussi un accès direct au directeur national de santé publique, Horacio Arruda.

Nous demandons un mandat d’initiative pour que les élus puissent rencontrer le directeur de la santé publique [en commission parlementaire], a annoncé mardi matin Mme Anglade. Depuis le début de la pandémie, la transparence n’a pas été la vertu cardinale du gouvernement de François Legault.

Beaucoup de questions ont été posées sur le processus qui mène aux recommandations faites par la santé publique au premier ministre. Nous n’avons pas reçu de réponses qui soient satisfaisantes.

Dominique Anglade, chef de l'opposition officielle à l'Assemblée nationale

Les Québécois veulent savoir comment se prennent les décisions au comité restreint du premier ministre.

Questionné lors de son point de presse quotidien sur cette demande de l'opposition, François Legault a déclaré qu'il n'avait rien à cacher et qu'il ne voyait pas d'inconvénient à ce que le Dr Horacio Arruda réponde aux questions de l'opposition dans la mesure où son horaire chargé lui permet de le faire.

De son côté, le directeur national de santé publique s'est dit disposé à répondre aux questions de l'opposition.

COVID-19             : ce qu'il faut savoir

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !