•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Maison Re-Né souhaite des actions pour contrer une autre épidémie, celle du sida

Une femme dont on ne voit que les mains et bras qui tient un ruban rouge.

Le ruban rouge, symbole de la lutte contre le SIDA

Photo : iStock

Radio-Canada

En cette 33e Journée mondiale de lutte contre le sida, la Maison Re-Né tient à rappeler que la lutte contre le VIH/sida n’est pas terminée et qu’il faut aussi se mobiliser pour cette cause.

La Maison Re-Né, qui est située à Trois-Rivières, offre des soins et de l’hébergement pour les personnes vivant avec le VIH/sida et pour les personnes vivant avec l’hépatite C.

Cette nouvelle pandémie [de la COVID-19] a exposé de multiples failles dans la gestion de notre système de santé […], constate la Maison Re-Né . Elle est également le moteur d’une mobilisation sans pareil.

La Maison Re-Né aimerait que ce type d'efforts soit aussi déployé pour la lutte contre le VIH/sida, pour que cette pandémie soit enrayée d’ici 2030, l’objectif visé par le Programme commun des Nations Unies sur le VIH/sida (ONUSIDA).

À l’heure actuelle, nous voyons très bien que la mobilisation et l’investissement en temps et en ressources humaines et financières dans la lutte contre une pandémie portent fruit.

communiqué de la Maison Re-Né

Si on avait eu la même mobilisation pour le VIH, peut-être que les cibles seraient déjà atteintes aujourd’hui, mais ce n’est pas tout le monde qui se sentait concerné par rapport au VIH dans le temps, contrairement à aujourd’hui avec la COVID-19 où c’est monsieur madame tout le monde qui peut être infecté, explique la directrice générale de la Maison Re-Né, Carole Leclerc.

La Maison Re-Né demande aux gouvernements municipal, provincial et fédéral de se remobiliser et de réinvestir adéquatement dans la lutte contre le VIH/sida.

Si nous voulons mettre fin à l’épidémie de VIH/sida d’ici 2030, nous devons nous remobiliser et investir les ressources nécessaires pour garantir un accès universel au dépistage, aux soins et aux traitements, précise la direction de l’organisme, par voie de communiqué.

Encore beaucoup de stigmatisation

Il y a beaucoup de stigmatisation entourant le fait d'être porteur du VIH, confie la directrice générale de la Maison Re-Né, Carole Leclerc.

Les gens hésitent encore à se faire dépister. Mais pour stopper la pandémie de VIH/sida, il faut que le plus de gens infectés possible adhèrent au traitement.

La Maison Re-Né a été fondée le 4 avril 1992 à Trois-Rivières.

Elle peut accueillir six personnes sous son toit. De plus, l'équipe aide une soixantaine de personnes à l'externe.

Le VIH/sida en chiffres

  • 38 millions de personnes vivaient avec le VIH en 2019
  • 1,7 million de personnes sont devenues nouvellement infectées par le VIH en 2019
  • 690 000 personnes sont décédées de maladies liées au sida en 2019
  • 75,7 millions de personnes ont été infectées par le VIH depuis le début de la pandémie jusqu'en 2019
  • 32,7 millions de personnes sont décédées de suite de maladies liées au sida depuis le début de la pandémie jusqu'en 2019

Source : Programme commun des Nations Unies sur le VIH/sida (ONUSIDA)

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !