•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La COVID-19 gâchera-t-elle le temps des Fêtes au Bas-Saint-Laurent?

Un homme le visage couvert d'un masque passe devant la vitrine d'un magasin décorée d'un sapin de Noël, le 11 novembre 2020 à Budapest, en Hongrie.

La transmission communautaire est bien présente au Bas-Saint-Laurent (archives).

Photo : Reuters / Bernadett Szabo

Radio-Canada

Alors que la COVID-19 poursuit sa progression au Bas-Saint-Laurent, notamment dans les écoles, la santé publique somme à nouveau les citoyens de réduire leurs contacts afin de freiner la contamination... et de pouvoir célébrer pendant le temps des Fêtes.

La situation est en progression certaine au Bas-Saint-Laurent et en nette progression dans d'autres territoires. Si on maintient ça sans changer, on s'achète des problèmes pour le temps des Fêtes, a affirmé le directeur de la santé publique du Bas-Saint-Laurent, Sylvain Leduc, en entrevue à Info-réveil, mardi matin.

Le Dr Leduc confirme que les lieux où l'on recense des cas de COVID-19 se multiplient dans la région. La contamination se fait facilement, déplore-t-il.

C'est une augmentation qui est lente, mais qui progresse toujours un peu plus chaque semaine, c'est ce qui est inquiétant, on a hâte de revoir une tendance à la baisse.

Sylvain Leduc, directeur de la santé publique du Bas-Saint-Laurent

À nouveau, la santé publique implore les Bas-laurentiens à diminuer leurs fréquentations, même si les rassemblements de six personnes sont permis en zone orange.

Quand on invite quelqu'un chez soi pour souper, on n'invite pas seulement cette personne, on invite toutes les personnes avec lesquelles cette personne-là a été en contact, explique le Dr Leduc.

Un homme coupe une dinde sur une table décorée pour Noël.

Le fait de partager un repas multiplie les risques de transmission de la COVID-19 (archives).

Photo : iStock

Le scénario proposé par Québec pour le temps des Fêtes prévoit que deux rassemblements de moins 10 personnes soient autorisés, si la situation épidémiologique le permet rendu à à cette date.

Plusieurs médecins ont cependant des réserves concernant ces permissions, qui pourraient avoir d'importants impacts dans le milieu hospitalier dans les semaines qui vont suivre. Personne ne veut vivre un achalandage dans les hôpitaux qui serait hors de proportion, rappelle le Dr Leduc.

Seulement au bloc opératoire de l'hôpital de Rimouski, quelque 140 chirurgies ont été annulées depuis le début de la deuxième vague de COVID-19.

En novembre, 339 cas se sont ajoutés au bilan du Bas-Saint-Laurent, soit 41 % du nombre total d'infections recensées depuis le début de la pandémie. Le nombre de cas enregistrés quotidiennement dépasse la dizaine depuis le 18 novembre.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !