•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

4 morts et 15 blessés dans une attaque à la voiture-bélier en Allemagne

Le conducteur était ivre et pourrait souffrir de troubles psychiatriques. Les autorités écartent pour l'instant une motivation politique ou religieuse.

Plusieurs véhicules d'urgence sont stationnés sur une place centrale derrière un périmètre de sécurité.

De nombreux véhicules d'urgence sont stationnés dans un secteur bouclé de Trèves. Policiers, ambulanciers et pompiers sont sur place.

Photo : La Presse canadienne / AP/DPA/Harald Tittel

Radio-Canada

Une attaque à la voiture-bélier perpétrée dans une zone piétonne du centre-ville de Trèves, dans le sud-ouest de l'Allemagne, a fait 4 morts, dont un bébé, et 15 blessés, selon le plus récent bilan des autorités locales.

Le conducteur, un homme de 51 ans de l’arrondissement de Trèves-Sarrebourg, voisin du Luxembourg, a été appréhendé sur place.

Quelques heures après l'attaque, les policiers ont confirmé qu'il s'agissait bel et bien d'une attaque à la voiture-bélier.

Le trajet suivi par la voiture montre qu'il s'agissait d'un acte délibéré, ont aussi affirmé le ministre de l'Intérieur et le procureur général du land de Rhénanie-Palatinat en conférence de presse.

Rien n'indique pour l'instant que l'homme soit passé à l'acte en raison d'une motivation politique ou religieuse, ont-ils ajouté, mais il était ivre au moment des faits et pourrait souffrir de troubles psychiatriques.

Le véhicule, qui roulait à vive allure, a heurté et écrasé des passants au hasard, a décrit un responsable de la police locale, Franz-Dieter Ankner.

Il y a un automobiliste qui a foncé comme un fou dans la ville, a déclaré le maire de la ville, Wolfram Leibe, à la chaîne de télévision locale SWR.

Une scène d'horreur

Je viens juste de traverser le centre-ville à pied et c'était juste horrible. Il y avait une espadrille par terre et la fille à qui elle appartient est morte, a-t-il ensuite déclaré au cours d'une conférence de presse, les larmes l'empêchant de parler plus longtemps.

Des images et des vidéos qui circulent sur les réseaux sociaux montrent des personnes au sol, des étals renversés et des débris sur la chaussée.

C'est une scène d'horreur, a déploré un porte-parole de la police sur les chaînes d'information en continu. En plus des blessés, de nombreuses personnes traumatisées ont besoin de soins, a-t-il précisé.

La police et la municipalité de Trèves ont demandé à la population d'éviter la zone piétonne du centre-ville, où un important dispositif de sécurité a été déployé.

Ce qui est arrivé à Trèves est choquant, a tweeté le porte-parole du gouvernement allemand, Steffen Seibert. Nos pensées accompagnent les proches des victimes et des blessés et quiconque est en devoir pour prendre soin des personnes touchées.

Ce dernier a aussi publié une déclaration de la chancelière Angela Merkel qui offre ses condoléances aux victimes.

Visiblement émue, la ministre-présidente de la Rhénanie-Palatinat – la région où se trouve Trèves –, Malu Dreyer, s'est dite désolée que des gens aient été arrachés à la vie en une seconde, tués par cet acte de folie, dont un petit enfant, un bébé. L'enfant était âgé de neuf mois. Sa mère fait partie des blessés.

Les autres victimes à avoir perdu la vie étaient une femme de 25 ans, un homme de 45 ans et un septuagénaire.

Certains survivants seraient grièvement blessés et de nombreuses personnes traumatisées ont besoin de soins parmi les témoins, ont indiqué les autorités. La police signale qu'il y a plusieurs enfants parmi les blessés.

Avec les informations de Agence France-Presse, et Reuters

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !