•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Deux présumées opposantes à Coastal Gaslink accusées de terrorisme aux États-Unis

Vue aérienne d'un chantier de construction du gazoduc Coastal Gaslink dans le nord de la Colombie-Britannique.

Malgré une vive opposition, la construction du gazoduc Coastal Gaslink a commencé dans le nord de la Colombie-Britannique.

Photo : Coastal Gaslink

Radio-Canada

Les autorités fédérales de Seattle, dans l’État de Washington, ont accusé deux personnes d'attaque terroriste sur un chemin de fer. Leurs actions étaient motivées parleur opposition à la construction du gazoduc de Coastal Gaslink dans le nord de la Colombie-Britannique, croit le FBI.

Deux femmes âgées de 23 et de 27 ans, originaires de Bellingham, dans l’État de Washington, sont accusées d'avoir interféré avec des voies ferrées du Burlington Northern Santa Fe (BNSF) samedi soir.

Elles y auraient installé des dispositifs consistant en un fil tendu sur les rails imitant les signaux électriques d’un train. Ceux-ci peuvent provoquer le freinage automatique et désactiver les gardes aux passages à niveau, expliquent les enquêteurs dans une plainte déposée lundi.

Une personne est arrêtée au port de Vancouver.

La construction du gazoduc Coastal Gaslink a entraîné de nombreuses manifestations à travers le Canada en 2020.

Photo : Radio-Canada / Maggie MacPherson

Une série d'attaques

Il y a eu 41 cas de ce genre sur les voies du chemin de fer du BNSF depuis janvier 2020, selon les autorités américaines. Le FBI indique qu’un message publié au début de l’année sur un site Internet anarchiste en revendique la responsabilité.

L’objectif est d’empêcher les marchandises d’atteindre la frontière canado-américaine, dit le message de revendication.

Le 11 octobre, des dispositifs ont été placés à trois endroits sur des voies dans le nord-ouest de l’État de Washington. Les freins d'urgence d’un train transportant des matières dangereuses et du gaz inflammable se sont activés. Le freinage a provoqué le bris d'une barre reliant les wagons du train qui se sont séparés et auraient pu dérailler, note l'avocat américain Brian Moran dans un communiqué.

Ces crimes mettent en danger notre communauté, ajoute-t-il.

Les deux femmes ont été arrêtées après avoir été repérées par une caméra située sur la propriété du BNSF, selon la plainte. Elles ont comparu devant le tribunal lundi et ont été libérées en attendant une audience, le 14 décembre. Leurs avocats n’ont pas souhaité faire de commentaires.

L'accusation, qui n'a pas été prouvée devant un tribunal, est passible d'une peine de prison pouvant atteindre 20 ans.

Des tuyaux posés en long sur un chantier déblayé.

Des tuyaux ont aussi été installés sur le site près de Chetwynd, à une cinquantaine de kilomètres de Grounbirch.

Photo : Image de l'association des entreprises et entrepreneurs indépendants (ICBA)

Opposition au gazoduc

L'installation des dispositifs sur les rails est considérée comme étant rapide et discrète, selon le message de revendication.

Sur une voie ferrée unique avec un système de contrôle de trafic centralisé (CTC), cette action simple peut générer suffisamment de confusion dans le système pour provoquer d'importants ralentissements et des retards bureaucratiques.

Selon les opposants au projet Coastal GasLink, le pipeline causerait des dommages environnementaux et porterait atteinte aux droits des peuples des Premières Nations de la Colombie-Britannique,

Coastal Gaslink s’est engagée à établir des partenariats avec 20 Premières Nations ayant signé des accords liés à la réalisation du projet.

En février, des chemins de fer canadiens ont été pris d'assaut par des manifestants en soutien à des chefs héréditaires de la Première Nation wet'suwet'en opposés au passage du gazoduc sur leur territoire ancestral.

La construction du pipeline est en cours.

Avec les informations de Associated Press

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !