•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’opération de vérification de la qualité de l'air dans des écoles est déclenchée

Selon le ministère de l’Éducation du Québec, 60 % des écoles n’ont pas de système de ventilation mécanique.

Une femme ouvre des fenêtres.

La qualité de l'air sera testée dans des écoles pour déterminer les endroits où la ventilation pose problème.

Photo : Radio-Canada

Après avoir vérifié la qualité de l'air dans des établissements de santé, Québec va maintenant mener une opération similaire dans les écoles. Les centres de services scolaires doivent commencer à compter de mardi à effectuer des tests de qualité de l'air dans des salles de classe.

Dans les derniers jours, des équipes ont vérifié la qualité de l'air et la ventilation dans des hôpitaux et des centres d'hébergement et de soins de longue durée dans les régions de Québec, de la Mauricie et du Centre-du-Québec.

Les équipes ont effectué plus de 70 mesures de taux de dioxyde de carbone dans des établissements. Selon le ministère de la Santé et des Services sociaux, les résultats préliminaires sont concluants et satisfaisants jusqu'à présent. Ils respectent les niveaux de gaz carbonique prescrits, ce qui signifie que la ventilation est suffisante.

Selon le ministère, les endroits mesurés avaient différentes caractéristiques, soit différents types de ventilation, incluant une ventilation par les fenêtres.

Le ministère de l’Éducation va maintenant faire la même chose dans les écoles.

On va profiter du fait que les élèves sont présents en classe pour faire les tests, pour avoir des tests qui sont représentatifs de la vie réelle en classe.

Jean-François Roberge, ministre de l’Éducation du Québec

Les centres de services scolaires doivent commencer à partir de mardi à effectuer de nouveaux tests pour mesurer le niveau de gaz carbonique dans des classes et ainsi vérifier la ventilation dans des écoles. On ignore le nombre d’établissements dans lequel seront effectuées ces vérifications.

Québec pourra ainsi documenter les endroits où la ventilation pose problème et entamer par la suite des travaux. Le ministre Roberge a affirmé que des travaux pourraient débuter dès le congé de Noël.

Un rapport attendu prochainement

D’ici là, le comité d'experts mandaté par Québec pour se pencher sur la ventilation et la propagation de la COVID-19 doit remettre son rapport prochainement. Le groupe de 12 experts aura notamment des recommandations pour le réseau de l'éducation.

Selon Stéphane Perron, un médecin-conseil à l’Institut national de santé publique qui fait partie du comité, il faut s’assurer d’optimiser les systèmes de ventilation mécanique dans les écoles et s’assurer de bien aérer les classes dans les écoles qui n’ont pas ce type de système.

Les systèmes de purificateurs d'air, ce n’est pas nécessairement la panacée. Si c’est bien utilisé, ça peut aider. Mais si c’est mal utilisé, ça pourrait aussi nuire.

Stéphane Perron, médecin-conseil à l’Institut national de santé publique du Québec

Le Dr Perron affirme que le groupe d’experts va formuler des recommandations sur l’utilisation des purificateurs d’air dans les écoles.

Extérieur école primaire Sacré-Coeur Limoilou

Extérieur école primaire Sacré-Coeur Limoilou

Photo : Radio-Canada / Guillaume Croteau-Langevin

Il va y avoir des recommandations pour lesquelles on n'a pas encore statué pour les épurateurs d'air. Dans un contexte viral, est-ce que ça a son rôle, est-ce que ça a un fonctionnement? Est-ce que ça a une utilité? On va voir dans quel contexte ça pourrait peut-être aider, explique-t-il.

Les purificateurs d'air, on n'a pas de démonstration que c'est efficace. Pour l’instant, on pense que dans certaines circonstances, et c'est très préliminaire, peut-être que ça pourrait être utile. Peut-être aussi que ça pourrait augmenter la transmission, ajoute-t-il.

Un risque existe, selon lui, si l’appareil est mal installé dans une classe ou dans l’école.

Il dit craindre les effets de ces appareils dans les écoles comme ailleurs.

Il y a peut-être du monde qui vont penser : il y a un purificateur d'air tout est correct et on n'a plus besoin de faire la distanciation physique.

Selon le ministère de l’Éducation, 1827 des 3227 écoles du Québec n’ont pas de système de ventilation mécanique, soit 60 % des établissements scolaires.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !