•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des résidents de la Péninsule veulent leur propre zone pour comptabiliser les cas

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Annette Haché, de Paquetville

Annette Haché croit que les autorités provinciales contribuent à alimenter la confusion dans la zone 6.

Photo : Radio-Canada / Alix Villeneuve

La confusion s'est installée parmi la population de la Péninsule acadienne au sujet des cas de COVID-19 dans la zone 6, qui comprend cette région et la région de Bathurst. Des résidents aimeraient savoir, avec plus de précision, où se trouvent les personnes malades.

Selon le dernier bilan rendu public lundi, il y a 4 cas actifs dans la zone 6. Cette zone comprend le territoire qui s'étend de Miscou et Tracadie jusqu'à Pointe-Verte, près de Petit-Rocher. Pourtant la région Chaleur et la Péninsule acadienne sont deux régions très distinctes dans l'esprit de la population.

Annette Haché

Annette Haché assure que ses voisins se posent les mêmes questions

Photo : Radio-Canada / Alix Villeneuve

Annette Haché, âgée de 68 ans, réside dans un immeuble où se trouvent plusieurs personnes âgées, en plein cœur de Paquetville. Elle témoigne de la confusion qui règle et qui, selon elle, est nuisible à la sécurité publique.

Non, ce n'est pas clair du tout, tempête-t-elle. On sait qu'il y a des cas, mais on ne sait jamais où. Ils parlent de Bathurst, mais est-ce qu'il y a des cas dans la Péninsule acadienne? On ne sait plus où aller. On est dix dans la résidence ici et je pense qu'il n'y a pas une personne qui a compris. C'est trop flou. De Bathurst à ici, à Paquetville, il y a comme 45 minutes de route.

Ça n'a pas d'allure pantoute.

Annette Haché, résidente de Paquetville

Elle se défend de vouloir faire une chasse aux sorcières et dit ne pas vouloir connaître l'adresse de résidence d'une personne malade.

Les gens disent qu'ils ont vu ceci ou cela sur Internet, ajoute-t-elle. Là, l'autre, sa chum a dit ceci ou cela. On aimerait que les médias soient informés et nous disent clairement. Disons que s'il y avait un cas à Tracadie, on n'a pas besoin de savoir si c'est à Saumarez ou à Saint-Irénée. Au moins, on essaierait de se protéger en n'allant pas par là.

Quand tu vis dans l'incertitude, c'est pire que de le savoir.

Anette Haché, résidente de Paquetville

Comment ça fonctionne?

Au Nouveau-Brunswick, la Santé publique a divisé la province en sept zones sanitaires, afin de lutter contre la pandémie de COVID-19. Les cas positifs sont comptabilisés par zone et les restrictions imposées à la population suivent également ses frontières.

Les trois zones du sud de la province, Moncton, Saint-Jean et Fredericton, sont beaucoup plus étendues et populeuses que la zone 6.

Les trois régions du sud du Nouveau-Brunswick sont en phase orange.

Une carte du Nouveau-Brunswick avec les sept zones sanitaires. Les trois zones du Sud sont actuellement en phase orange.

Photo : Radio-Canada


« Ça devient un peu mêlant »

La circonscription provinciale de Bathurst-Est-Nepisiguit-Saint-Isidore enjambe la région Chaleur et la Péninsule acadienne.

Le député libéral qui la représente, Denis Landry, est un ex-ministre de la Sécurité publique. Et il se pose les mêmes questions que Mme Haché.

Le député Denis Landry

Denis Landry, député libéral de Bathurst-Est-Nepisiguit-Saint-Isidore

Photo : Radio-Canada / Alix Villeneuve

Ça devient un peu mêlant pour le monde, admet-il. Les cas, est-ce qu'ils sont à Bathurst ou dans la Péninsule acadienne? Ce n'est clair ni pour moi ni pour personne à ce moment-ci. Ça met probablement davantage de pression sur le moral des gens. Ce n'est pas quelque chose qui aide la situation. Ça devrait être plus clair de la part de la Santé publique ou de la Sécurité publique. Ça ferait moins de confusion pour les gens et ce serait mieux pour leur santé mentale aussi.

Ces cas, ils sont à Bathurst, dans la Péninsule ou dans les deux régions?

Denis Landry, député de Bathurst-Est-Nepisiguit-Saint-Isidore

« Pas un jeu »

Annette Haché jure qu'elle serait plus rassurée de savoir qu'il y a un ou des cas de COVID-19 non loin de chez elle plutôt que de nager dans l'incertitude.

Des fois, on est assez habitués de dire qu'il n'y a pas de cas et on ne fait pas beaucoup attention aux règles. Si on savait pour un cas pas trop loin, on se protégerait sûrement plus. Parfois, on voit du monde entrer dans les magasins et ils ne se lavent même plus les mains. Si on savait s'il y a un cas, on pourrait oser leur dire excusez-moi monsieur ou madame, lavez-vous les mains.

Ce n'est pas un jeu, là! C'est très très important.

Annette Haché, résidente de Paquetville
Paquetville

Vue d'une partie de la zone appelée Bathurst par les autorités provinciales. En réalité, c'est Paquetville, dans la Péninsule acadienne.

Photo : Radio-Canada / Alix Villeneuve

Discussion avec le chef libéral

Le député Landry est conscient qu'il y a des commerces à la fois dans la région Chaleur et dans la Péninsule acadienne à l'intérieur de la circonscription qu'il représente à Fredericton.

Ce temps-ci de l'année, les gens veulent aller magasiner, c'est certain, indique-t-il. Il y a beaucoup de personnes qui disent qu'ils n'iront pas à Bathurst si les cas de COVID sont là.

Ainsi, il entend discuter de cette question avec le chef du Parti libéral, Roger Melanson, cette semaine.

Je veux voir s'il y a une manière d'éclaircir tout ça, assure-t-il. Il y a d'autres régions qui sont similaires à la nôtre. Elles voulaient aussi voir des changements, mais ça n'a pas bougé. Je ne sais pas pourquoi ç'a été divisé en de si grands territoires.

Avec les informations d'Alix Villeneuve

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !