•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Minnesota approuve le remplacement du pipeline de la Ligne 3 d'Enbridge

Un travailleur pose les dernières touches au pipeline, posé au fond d'un fossé de terre.

Des sections du pipeline ont déjà été remplacées au Canada, au Dakota du Nord et au Wisconsin (archives).

Photo : Associated Press / Richard Tsong-Taatarii

Radio-Canada

Les régulateurs du Minnesota ont approuvé lundi le permis définitif permettant à la pétrolière canadienne Enbridge Energy de remplacer le pipeline de la Ligne 3, qui dessert les États-Unis.

L’Agence de contrôle de la pollution du Minnesota a accordé un permis pour la construction d’un système de gestion des eaux pluviales, le dernier obstacle auquel faisait face l’entreprise dont le siège est à Calgary. Le Corps de génie de l'Armée américaine et la Commission des services publics du Minnesota ont donné leur accord définitif la semaine dernière.

Dans une déclaration, Enbridge affirme que la construction va maintenant pouvoir commencer, sans pour autant donner de date précise.

La pétrolière assure que le remplacement du pipeline vieillissant, datant des années 1960, est la meilleure solution pour protéger l'environnement et les communautés, tout en répondant aux besoins énergétiques de la région.

Dans un communiqué de presse, la ministre albertaine de l’Énergie, Sonya Savage, déclare que l’approbation du projet est une victoire pour la sécurité énergétique de l’Alberta et de l’Amérique du Nord

L’Alberta est et continuera d’être un fournisseur d’énergie stable, sécuritaire et responsable pour les États-Unis, écrit-elle. Notre relation est d’autant plus importante durant ces temps incertains.

Elle affirme que le partenariat entre les deux pays sera essentiel à la reprise économique après la pandémie. Avec la partie canadienne de pipeline en service depuis l'année dernière, la réalisation de la partie américaine de la Ligne 3 est vitale à nos efforts.

Le tracé de la canalisation 3 de l'entreprise Enbridge.

Le pipeline actuel part de l’Alberta, traverse le Dakota du Nord puis le Minnesota, avant de finir sa route dans le terminal d’Enbridge, à Superior, dans le Wisconsin.

Photo : Radio-Canada

Deux Premières Nations américaines, Red Lake et White Earth Bands of Chippewa, ont demandé la semaine dernière à la Commission des services publics de suspendre son accord, arguant que l’afflux de travailleurs de la construction représenterait un danger, en raison de la COVID-19, pour les personnes habitant à proximité du chantier. 

Des groupes autochtones et environnementaux ont également fait appel devant la Cour d’appel du Minnesota. 

Les opposants au projet affirment qu’il y a un risque de contamination des eaux utilisées par les Autochtones pour la culture du riz sauvage. Ils avancent aussi que le pétrole issu des sables bitumineux transporté par l’oléoduc contribuera à l'aggravation des changements climatiques.

Avec les informations de Associated Press

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !