•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le tiers des enfants porteurs du virus causant la COVID-19 sont asymptomatiques

Une femme masquée porte dans ses bras un jeune enfant, auquel une infirmière est en train de faire un prélèvement de sécrétions nasales pour le dépistage de la COVID-19.

Environ 8 % des enfants dont le test de dépistage du virus qui cause la COVID-19 était positif avaient une perte de goût ou d'odorat, selon des chercheurs de l'Université de l'Alberta.

Photo : Associated Press / Elaine Thompson

Camille Renarhd

Une nouvelle recherche publiée dans le Journal de l'Association médicale canadienne (CMAJ) révèle qu'un tiers des enfants ayant reçu un résultat positif à un test de dépistage du SRAS-CoV-2 ne présentaient aucun symptôme.

Une perte de goût ou d’odorat, des maux de tête, de la fièvre et des nausées étaient les maux les plus souvent associés aux cas positifs présentant des symptômes.

La toux, le nez qui coule et le mal de gorge étaient les symptômes les plus importants observés dans les cas positifs, mais l'étude suggère qu'ils ne peuvent pas être utilisés pour prédire les cas positifs, car ils étaient également observés chez les enfants testés négatifs.

L'étude (Nouvelle fenêtre), publiée lundi, a été réalisée par des chercheurs de l'Université de l'Alberta qui ont analysé 2463 résultats de tests d'enfants de moins de 18 ans ayant été faits dans la province entre le 13 avril et le 30 septembre. Ils ont comparé les symptômes de ceux qui ont reçu un résultat positif (1987) avec ceux qui ont reçu un résultat négatif (476).

La contagiosité des enfants

Cela me dit qu’on ne fait pas encore la bonne chose pour protéger la population, s’exclame la pédiatre d’Edmonton, Isabelle Chapados, en lisant les résultats de l’étude.

Ce qu’elle trouve particulièrement éclairant dans cette étude est que la proportion de cas asymptomatiques soit la même pour les enfants et les adolescents.

Je trouve cela inquiétant, car on semble beaucoup cibler les ados comme potentielles sources de transfert [du virus], mais dans cette étude-là, il ne semble pas qu'il y ait moins d’asymptomatiques chez les jeunes enfants, remarque-t-elle.

La proportion d'asymptomatiques est à peu près la même chez les adolescents que chez les enfants, confirme, Finlay McAlister, professeur à la Faculté de médecine de l'Université de l'Alberta qui fait partie de l’équipe de chercheurs impliqués dans l’étude.

La question de la contagiosité des enfants a fait l’objet de vives polémiques et elle peut devenir déterminante pour l’ouverture ou la fermeture des écoles.

On ignore le vrai taux de transmission par les enfants.

Dre sabelle Chapados

La Dre Chapados explique que les études qui ont été réalisées sur le faible taux de transmission par les enfants ont été faites quand les écoles étaient fermées et qu’il est donc évident que les taux de transmission étaient faibles, car les enfants ne sortaient pas hors du noyau familial.

Le Dr McAlister ne pense pas que les enfants soient moins contagieux que les adultes, même s’il avoue ne pas avoir de preuves scientifiques à l'appui. Il y a tellement de choses que nous ne savons pas à propos de ce virus, insiste-t-il.

Son collaborateur dans cette étude, le chercheur Jeffrey Bakal, directeur de programme aux services provinciaux de données de recherche de Services de santé Alberta, insiste sur le fait qu'un tiers d’asymptomatique parmi les enfants testés positifs est un nombre élevé : Les enfants sont infectés et contagieux et nous ne savons pas assez bien à quel point ils sont contagieux, mais s'ils sont un tiers d’asymptomatiques, cela pourrait représenter un véritable défi [pour la santé publique]!

Si nous voulons vraiment arrêter la propagation du virus et en réduire le nombre, je pense que nous devrions passer par un confinement complet comme en mars.

Dr Finlay McAlister

Le Dr McAlister explique que le problème, du point de vue de la santé publique, est qu'il y a probablement beaucoup plus de personnes porteuses du virus qui cause la COVID-19 que ce qui était cru au sein de la population, car elles sont asymptomatiques.

La province a eu raison de fermer les écoles pendant une période plus longue à Noël, dit-il, même s’il déplore que les plus jeunes enfants aillent toujours en classe.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !