•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Allégations de gaspillages d’argent : Victoria ordonne un examen de l'autorité de santé

Des masques N95 non approuvés.

Une photo distribuée par les centres américains de contrôle des maladies qui montre un exemple de masque contrefait vendu autour du monde. Des masques similaires ont été achetés par la PHSA, l'autorité des services de santé de la Colombie-Britannique.

Photo : Centres for Disease Control

Radio-Canada

Des sources au sein de l'Autorité provinciale des services de santé (PHSA) de la Colombie-Britannique affirment que celle-ci a gaspillé des millions de dollars pendant la pandémie.

Le ministre de la Santé, Adrian Dix, a ordonné un examen immédiat des dépenses après avoir reçu les résultats de l’enquête de CBC.

Les lanceurs d’alerte qui se sont confiés à CBC accusent la PHSA, d’avoir gaspillé 7 millions de dollars pour l’achat de masques de protection inutilisables et de contrefaçon en provenance de Chine. Ils dénoncent également des centaines de milliers de dollars dépensés pour des rénovations inutiles dans les bureaux des cadres et des dizaines de milliers de dollars en services de traiteur haut de gamme pour les cadres et leur personnel.

Une affiche sur laquelle on peut lire en anglais : accès limité aux visiteurs autorisés.

Une affiche qui informe les visiteurs que l'accès est restreint pendant les rénovations, sur la porte du siège social de la PHSA, située dans un immeuble du centre-ville de Vancouver.

Photo : (Eric Rankin/CBC)

Les sources affirment que les dépenses se sont accumulées, malgré les ordres du ministère de la Santé de mettre fin aux dépenses discrétionnaires et de diriger chaque dollar vers les travailleurs de première ligne qui luttent contre la pandémie.

J’ai été choqué et j’ai pensé que c’était tout simplement inadmissible, a déclaré une source.

CBC News a accepté de protéger l’identité des informateurs, car ils craignent des répercussions professionnelles.

En tant que contribuable, cela me rend malade. C’est du gaspillage, a déclaré une deuxième source.

Le ministre de la Santé, Adrian Dix, a réagi rapidement après avoir été informé de ces préoccupations.

Je suis satisfait que ces allégations m’aient été signalées, a indiqué Adrian Dix dans une déclaration écrite à CBC News. J’ai demandé au sous-ministre de la Santé d’évaluer les décisions et la conduite de la PHSA… et de me fournir des conseils et des recommandations.

Nouveau président, nouvelles dépenses

Benoit Morin.

Benoit Morin, président et chef de la direction de la PHSA, gagne 352 000 $ par an. Il a également un logement et une voiture de fonction, selon son entente de réinstallation.

Photo : Sarah Leavitt/CBC

Les lanceurs d’alerte affirment que les dépenses abusives ont commencé peu après le 3 février, lorsque le conseil d’administration de la PHSA a embauché un nouveau président et chef de la direction, originaire de Montréal, Benoit Morin.

Benoit Morin reçoit un salaire de 352 000 $ par année. Son logement et une voiture lui sont aussi fournis, ce qui fait partie de son entente de réinstallation.

L’Autorité de santé provinciale et Benoit Morin ont refusé d’être interviewés. Ils ont déclaré à la CBC que le ministre avait répondu en leur nom.

L’annonce par écrit du ministre de la Santé d’un examen comprend la réponse que lui a soumise l’autorité sanitaire, confirmant certaines allégations et en niant d’autres.

Le ministre de la Santé a indiqué que les réponses du PHSA seront examinées de près.

7 M$ pour des masques jugés inutilisables

L’erreur la plus coûteuse de la PHSA a été l’achat de masques inutilisables dans les premiers jours de la pandémie de la COVID-19.

Dans sa réponse à Adrian Dix, l'autorité de santé confirme que Benoit Morin a personnellement cherché un fournisseur dans sa province natale au début de la pandémie.

La province a déboursé 11,5 millions de dollars à ce fournisseur pour du matériel. Parmi ce qui a été reçu, des masques de protection individuelle importés de Chine - près de 7 millions du total de la facture - ont été jugés problématiques et inutilisables dans le secteur de la santé.

Des sources ont déclaré que beaucoup étaient des masques KN95 (norme chinoise) au lieu de N95 (norme nord-américaine) et ont échoué aux tests d’ajustement, tandis que d’autres étaient contrefaits.

L’autorité provinciale des services de santé admet avoir inscrit dans ses comptes en tant que pertes, les 6,7 millions de dollars à la fin du mois de mars, mais n’a rien mentionné au sujet des pertes supplémentaires potentielles reportées dans l’exercice financier actuel.

Les lanceurs d’alerte ont indiqué que l’erreur commise par la PHSA n’a pas été communiquée à la population.

À titre de comparaison, le gouvernement fédéral a admis avoir acheté des masques inutilisables auprès d’un fournisseur de Montréal. Ottawa s’est engagé publiquement à ne pas payer les frais d’expédition.

On ne sait pas si la Colombie-Britannique a utilisé le même intermédiaire à Montréal.

L’autorité provinciale des services de santé a indiqué ne pas intenter de poursuite judiciaire contre le fournisseur parce que le coût [...] aurait dépassé tout éventuel montant remboursé.

La PHSA a déclaré que, depuis le fiasco des masques, le ministère de la Santé a renforcé les procédures de commande, assurant une diligence raisonnable avant qu’un achat final ne soit effectué.

Des objectifs de rentabilité en contradiction avec le gaspillage allégué

Dotée d’un budget annuel de 3, 7 milliards de dollars, la PHSA coordonne les services avec les régies régionales de la santé de la Colombie-Britannique, établit les normes de santé à l’échelle de la province et gère les services ambulanciers, entre autres responsabilités.

Son site Internet stipule que ses opérations sont menées de manière à être rentables.

Mais selon certaines sources, les principaux dirigeants qui supervisaient auparavant les dépenses au sein de la PHSA n’ont plus leur emploi.

Ils s'agit du vérificateur interne en chef, du directeur financier et du vice-président directeur des services commerciaux et des achats.

En outre, l’ancien chef de l’exploitation de la PHSA a révélé qu’il prenait sa retraite.

Des sources affirment que les quatre dirigeants avaient fait part de leurs préoccupations au sujet des dépenses avant l’annonce de leur départ.

Personne ne parlera plus en interne, a déclaré l'une d'elles. Nous avons tous vu ce qui est arrivé à certains de nos dirigeants les plus respectés qui ont déjà essayé.

L'autorité provinciale des services de santé a déclaré que son conseil d’administration avait embauché un nouveau PDG pour diriger le changement organisationnel. Elle souligne que les changements qui touchent l’équipe de la haute direction ont été approuvés par le conseil d’administration de la PHSA.

Adrian Dix.

Le ministre de la Santé Adrian Dix a ordonné un examen des dépenses de l'autorité provinciale des services de santé, après avoir été informé d'allégations de gaspillage de la PHSA par CBC.

Photo : Radio-Canada / Mike McArthur

Les lanceurs d’alerte souhaitent que l’examen ordonné par le ministre de la Santé aille plus loin avec une enquête en profondeur pour comprendre comment ces décisions ont pu être prises malgré des avertissements sur le gaspillage allégué.

Quant aux justifications de la PHSA fournies au ministre de la Santé, un lanceur d'alerte ne mâche pas ses mots : Je pense que les contribuables de la Colombie-Britannique sont assez intelligents pour voir à travers tout cela; ils savent quand quelqu’un essaie de leur faire prendre des vessies pour des lanternes.

Avec les informations de l'enquête du journaliste Eric Rankin

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !