•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Discours du Trône : la Saskatchewan mise sur la santé et l'économie

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
p1120064

La première session de la nouvelle législature durera deux semaines et prendra fin le vendredi 11 décembre.

Photo : Radio-Canada / Rob Kruk

Vincent H. Turgeon

Le discours du Trône prononcé lundi par le lieutenant-gouverneur de la Saskatchewan, Russell Mirasty, met de l’avant les deux priorités du gouvernement : l’économie et la santé. On y retrouve également les différentes promesses électorales faites par le Parti saskatchewanais.

Sans surprise, la COVID-19 ouvre le bal. Russell Mirasty rappelle les différents investissements faits par le gouvernement tant en santé qu’en éducation pour faire face à la pandémie. Il souligne également les différents programmes mis en place pour soutenir les entreprises saskatchewanaises.

Aujourd'hui, la Saskatchewan fait face au moment le plus difficile de la pandémie à ce jour.

Extrait du discours du Trône

Pour continuer à faire face aux défis économiques de la pandémie, le gouvernement annonce la mise en place de nombreuses mesures annoncées au cours de la dernière campagne électorale. On y retrouve par exemple le rabais de 10 % auprès de SaskPower pour une durée d’un an, la diminution du taux d’imposition des petites entreprises jusqu’en 2023 et le crédit d’impôt pour les rénovations domiciliaires.

Selon le gouvernement, ces différentes économies permettront à la population d’acheter et de participer à la relance de l’économie de la province. D’ailleurs, 86 millions de dollars seront utilisés pour une campagne publicitaire encourageant cette dernière à acheter local.

Notre dossier COVID-19 : ce qu'il faut savoir

Santé et famille

Le gouvernement annonce la création d’un nouveau ministère de la Santé mentale et des Problèmes de dépendance, une première en Saskatchewan. Everett Hindley sera responsable du dossier. Il assume également les fonctions de ministre des Aînés et de la Santé en milieu rural ou éloigné. Le parti néo-démocrate de la province reproche depuis longtemps le parti au pouvoir de ne pas en faire assez pour combattre le problème des suicides ou des surdoses.

Dans le domaine de la santé, on retrouve également les différents engagements pris par le Parti saskatchewanais lors de la dernière campagne électorale. Celui-ci élargira à l’ensemble de la population le programme saskatchewanais de pompes à insuline tout en subventionnant une technologie permettant de surveiller en continu le taux de glycémie pour les jeunes de moins de 18 ans qui en ont besoin.

Il augmentera aussi le soutien financier pour les enfants de moins de 12 ans qui ont reçu un diagnostic d’autisme.

Le gouvernement de la Saskatchewan fera également l’embauche, au cours des trois prochaines années, de différents intervenants et interprètes ainsi que d’un gestionnaire de cas pour les personnes sourdes et muettes.

300 postes d’aide-soignants seront aussi créés dans les centres de soins de longue durée.

Les personnes âgées verront de plus les coûts de transport en ambulance diminués, tel que promis lors de la dernière campagne électorale.

La prestation maximale au Régime de revenu pour aînés ayant un faible revenu sera quant à elle augmentée, passant de 270 $ par mois à 360 $ par mois.

Du côté des familles, 750 places en garderie s’ajouteront au cours des quatre prochaines années.

Les ménages ayant moins de 60 000 $ de revenu pourront quant à euxbénéficier de 150 $ par enfant pour les inscrire à des activités culturelles, artistiques ou sportives. Le montant s’élève à 200 $ si l’enfant a un handicap.

Pour les étudiants, la bourse d’études Avantage Saskatchewan sera bonifiée de 250 $, passant ainsi de 500 $ à 750 $ par année.

Deux projets de loi sur les agressions sexuelles et le trafic humain

Le gouvernement de la Saskatchewan proposera un amendement à la Loi sur la location afin de permettre aux personnes agressées sexuellement dans leur logement de rompre leur bail de location.

Le Parti saskatchewanais présentera également un projet de loi sur la protection contre la traite des êtres humains. Selon le lieutenant-gouverneur, cette législation permettra aux victimes d’obtenir des ordonnances de protection accélérées, de permettre une application rigoureuse de ces ordonnances et de prévoir des recours civils, notamment la saisie de biens et de comptes bancaires et la suspension des permis de conduire.

Une Saskatchewan plus autonome dans un Canada uni

Possible effet des résultats du Parti Buffalo lors des dernières élections, le gouvernement rappelle qu’il croit en un Canada fort et uni, mais que la Saskatchewan « prendr[a son] propre chemin lorsque les politiques fédérales iront à l'encontre des intérêts de notre province ».

Le discours du Trône soutient que la Saskatchewan cherchera à avoir davantage d'autonomie au sein de la confédération, notamment au sujet de la taxe sur le carbone.

La Saskatchewan rend le monde meilleur.

Extrait du discours du Trône

Le gouvernement annonce également l’ouverture de trois nouveaux bureaux commerciaux au cours de la prochaine année : l’un au Japon, l’un en Inde et un autre à Singapour. Ces derniers s’ajouteront au bureau déjà présent à Shanghai, en Chine.

Ceux-ci ont principalement pour but d’aider les entreprises saskatchewanaises à l’étranger et à attirer de nouveaux investissements.

Une opposition déçue

Le chef de l’opposition au parlement, Ryan Meili, se dit déçu du discours du Trône tenu lundi.

M. Meili pense que le gouvernement n’a pas su saisir l’occasion de mettre en place des mesures adéquates pour combattre la deuxième vague de COVID-19 que subit la province.

« C’était un discours du Trône écrit comme si tout était normal, affirme Ryan Meili. Mais nous savons tous que rien n’est normal en ce moment en Saskatchewan. Le premier ministre Scott Moe a passé la campagne électorale à dire que nous étions sortis de l’auberge même si les experts et les modèles pandémiques disaient le contraire. Maintenant, la deuxième vague nous frappe de plein fouet et le gouvernement n’est pas prêt à investir dans des actions immédiates pour aplatir la courbe. »

Selon lui, le gouvernement envoie un message contradictoire en permettant aux entreprises, commerces et restaurants de rester ouverts tout en demandant aux gens de rester à la maison.

Par ailleurs, Ryan Meili déplore le fait que le discours du Trône ne fasse pas mention de la communauté fransaskoise.

« Je ne suis pas du tout surpris. Même que je continue à être déçu quand on ne parle pas des Fransaskois dans les moments importants comme aujourd'hui », se désole-t-il.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !