•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Près de 6 M$ pour le projet de bioraffinerie à La Tuque

Des billots de bois entassés sur un terrain déboisé.

Coupe forestière au Lac whiskey dans le parc de la Vérendrye (Archives)

Photo : Radio-Canada / Mélanie Picard.

Radio-Canada

Bioénergie La Tuque a reçu lundi un financement de taille. Le gouvernement du Québec lui accorde une aide financière de 5 943 000 $ « pour démontrer le potentiel précommercial de produire des biocarburants à partir de biomasse forestière résiduelle ».

L’argent servira à tester deux types de technologies qui seront expérimentés et les résultats obtenus permettront de cibler les meilleurs procédés et équipements pour la production de biocarburants à l'échelle commerciale.

Le projet de bioraffinerie à La Tuque vise à transformer des résidus de coupe forestière pour produire du carburant renouvelable, comme du biodiesel, dans le but de remplacer les énergies fossiles.

La construction d'une usine commerciale de production à la suite de cette démonstration constituerait le tout premier projet du genre au Canada et générerait des retombées socioéconomiques et environnementales importantes pour le Québec, indique le gouvernement par voie de communiqué.

Bioénergie La Tuque élabore le projet en collaboration avec l’entreprise finlandaise Neste, un important producteur mondial de biocarburants renouvelables.

Après en avoir été initialement exclu, la nation atikamekw est aussi maintenant partenaire du projet.

La région s'est développée autour de l'exploitation forestière; pourtant pour le moment des résidus de cette industrie pourrissent dans le bois, écrit Constant Awashish, grand chef du Conseil de la Nation Atikamekw dans le communiqué envoyé par Québec. 

Il ajoute que des projets qui permettent de valoriser ce qui est présentement considéré comme des rejets s'harmonisent avec les valeurs atikamekw liées au territoire et que ce ne sont pas des industries parfaites, mais en agissant judicieusement, on peut allier développement économique, social et environnemental.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !