•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 : les autorités sanitaires de Windsor-Essex déplorent un manque de ressources

L'entrée du bureau de santé de Windsor-Essex.

Le Bureau de santé publique de Windsor-Essex confirme 424 cas actifs dans la région.

Photo :  CBC / Amy Dodge

Radio-Canada

Alors que la région de Windsor-Essex passe en zone rouge lundi, le bureau de santé publique régional dit manquer de ressources pour faire face à l'intensification locale de la pandémie.

Les autorités sanitaires ont signalé lundi 41 nouvelles infections et 424 cas actifs dans la région.

En tout, plus d'une douzaine de foyers de COVID-19 sont actifs, dont deux dans des hôpitaux, a indiqué lundi le bureau de santé publique.

Il y a aussi des éclosions dans quatre centres pour personnes âgées, sept lieux de travail et deux écoles.

Les nouveaux cas surviennent alors que Windsor-Essex passe en zone rouge. De nouvelles restrictions sont entrées en vigueur lundi matin.

Restrictions en zone rouge :

  • Les mesures des zones verte, jaune et orange s'appliquent
  • Limite de 5 personnes à l'intérieur et de 25 personnes à l'extérieur pour les rassemblements privés et publics
  • Maximum de 10 clients à l'intérieur des bars et des restaurants
  • Fermeture des salles à manger dans les centres commerciaux
  • Fermeture des cinémas et des salles de spectacles
  • Limite de 10 personnes à l'intérieur et de 25 personnes à l'extérieur pour les salles de sports et les gyms
  • Interdiction de la pratique des sports d'équipe, sauf pour l'entraînement

À Windsor seulement, les piscines, les centres récréo-sportifs et les arénas sont également fermés jusqu’à nouvel ordre.

Un médecin pose devant la caméra lors d'une entrevue.

Le Dr Wajid Ahmed est le médecin hygiéniste de la région sanitaire de Windsor-Essex (archives).

Photo : Radio-Canada / Alex Brockman/CBC

Des ressources limitées

La situation met à rude épreuve les ressources locales de la santé publique, a souligné le médecin hygiéniste régional lors de son point de presse lundi.

Nous faisons du mieux que nous pouvons avec des ressources très limitées. Notre bureau de santé publique est l’un des moins subventionnés par habitant dans la province, a souligné le Dr Wajid Ahmed.

Selon lui, la région est donc largement désavantagée en termes d'infrastructures et de personnel par rapport à d'autres bureaux de santé publique, alors que le nombre de cas traités dans la région est proportionnellement similaire à celui de Toronto.

Pour un bureau de santé de la taille du nôtre, je suis le seul médecin, alors que dans d’autres bureaux il y en a plusieurs.

Dr Wajid Ahmed, médecin hygiéniste de la région sanitaire de Windsor-Essex

Le bureau de santé publique local demande d’ailleurs aux résidents de faire leur part pour faire face à l’augmentation du nombre de cas.

Ayez un plan, n’attendez pas que le bureau de santé vous dise de vous placer en isolement ou les autres mesures à prendre, a-t-il souligné.

Près de deux douzaines de contraventions

La campagne éclair d'application de la loi instaurée la semaine dernière a donné lieu à 23 contraventions en lien avec le non-respect des mesures sanitaires.

La Ville de Windsor a déclaré avoir effectué 95 contrôles proactifs et avoir enquêté sur 21 plaintes déposées par le biais d'appels au 3-1-1.

Parmi les 23 accusations portées, près de la moitié visait des personnes qui ne portaient pas de masque. Les réfractaires sont passibles d'une amende de 880 dollars.

La campagne éclair d'application de la loi va se poursuivre, indique la Ville de Windsor dans un communiqué.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !