•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Vols de colis : les policiers de Gatineau et d'Ottawa appellent à la vigilance

Gros plan sur un facteur de Postes Canada qui sort un colis blanc de son bac dans son camion.

Le vol de colis livrés à la maison est en hausse, signalent les services de police de Gatineau et d'Ottawa. (Archives)

Photo : Radio-Canada / Martin Thibault

Radio-Canada

L’achat en ligne a la cote cette année en raison de la COVID-19. Mais tous ces colis laissés sur le seuil des portes sont susceptibles d'appâter les voleurs en cette période des Fêtes, préviennent les autorités.

Le Service de police de la Ville de Gatineau (SPVG) et celui de la Ville d’Ottawa ont remarqué une hausse du nombre de ce type de vol cette année par rapport à la même période l’an dernier.

En ce Cyberlundi, les services policiers de la région appellent à la prudence.

Andrée East, en entrevue à l'extérieur du quartier général du Service de police de Gatineau.

L'agente Andrée East, porte-parole du Service de police de la Ville de Gatineau

Photo : Radio-Canada

Si on sait qu’on attend un colis et qu’on n’est pas à la maison, peut-être de laisser une note indiquant de le laisser à l’arrière si c’est possible ou de demander à un voisin de le ramasser pour nous, suggère l’agente Andrée East, porte-parole du SPVG.

En date du 27 novembre, le SPVG avait reçu six plaintes pour des vols de colis envoyés par livraison. C’est plus que l’an dernier à pareille date.

Les vols ne sont pas tous signalés, dit le SPO

Cependant, il s’agit de vols qui ont été signalés aux policiers, ce qui n’est pas le cas pour tous les méfaits de ce genre, précise le Service de police d’Ottawa (SPO).

Le SPO n'est pas en mesure de chiffrer les vols de colis, mais a déclaré avoir remarqué une hausse. Il incite la population à signaler tout vol de colis, même si la valeur de l’article dérobé est peu élevée.

On ne peut pas faire l’enquête, on ne peut pas établir de scénario de vol si les vols ne sont pas rapportés. Même si c’est un vol de quelques dizaines de dollars, c’est important de signaler ces vols-là en ligne au Service de police, afin qu’on puisse en faire l'échantillonnage et déterminer des mesures d’action afin de prévenir de façon plus efficace, a indiqué Martin Dompierre, du SPO.

Pour sa part, Postes Canada, la Société de la Couronne responsable de la livraison des colis, a affirmé lundi ne pas avoir observé une augmentation importante du nombre de plaintes concernant de possibles vols de paquets.

Nous ne faisons pas le suivi des colis volés, mais nous pouvons confirmer qu’il n’y a pas eu de changement notable dans le nombre de demandes de clients que nous avons reçues à propos de colis possiblement volés, a répondu Sylvie Lapointe, des relations médias de Postes Canada, par courriel.

Un récent sondage mené par l’entreprise de livraison FedEx a révélé, il y a quelques semaines, qu’un consommateur sur trois a signalé un vol cette année au Canada, par rapport à un sur quatre l’an dernier.

Plusieurs recours possibles

Au Québec, lors d’un vol de colis, un client a des ressources, selon la loi. Il peut demander l'envoi d’un second colis ou encore exiger un remboursement auprès du commerçant, souligne Option consommateurs.

Une femme accorde une entrevue par visioconférence.

Élise Thériault est avocate et conseillère budgétaire et juridique pour Option consommateurs.

Photo : Radio-Canada

Quand on se fait voler un colis, c’est certain qu’on peut appeler la police pour obtenir un numéro d’événement. Mais ultimement, c’est le commerçant qui est responsable de la livraison. Donc c’est au commerçant que vous devez vous adresser pour soit, obtenir un deuxième colis, soit un remboursement, a indiqué Élise Thériault, avocate, conseillère budgétaire et juridique pour Option consommateurs.

Tant et aussi longtemps que le colis n’a pas été dans vos mains, il est considéré non reçu et vous avez le droit d’annuler l’achat auprès du commerçant qui a 15 jours pour vous rembourser.

Me Élise Thériault, Option consommateurs

La livraison à bon port d’un article demeure la responsabilité du commerçant, à moins que le client spécifie un endroit précis où livrer lors de la transaction, comme une cachette, ou un espace à l’arrière de la maison par exemple. Même chose si le client coche une case qui indique qu’il accepte la livraison à l’extérieur, prévient Me Thériault.

Si on fait cela, il est possible qu’un juge considère qu’on a accepté le risque de se faire voler notre colis. Ce n’est jamais quelque chose que l’on conseille. On suggère toujours de s’assurer que le colis va être ramassé ou que la compagnie de transport va vous laisser plutôt un carton si vous n’êtes pas disponible, précise-t-elle.

Cette dernière ajoute qu’il reste aussi comme recours la rétrofacturation si un commerçant refuse de remplacer un colis volé ou de le rembourser. Il s’agit de demander à la compagnie émettrice de carte de crédit de rappeler le paiement.

Selon Statistique Canada, si la tendance se maintient jusqu’à la fin de l’année, les ventes en ligne devraient atteindre un record en 2020 et battre celui de l’an dernier, qui se chiffrait à 305 milliards $.

Avec les informations de Jean-François Poudrier et de Samuel Blais Gauthier

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !