•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’Abitibi-Témiscamingue compte 11 cas actifs de COVID-19

Une bouteille de gel désinfectant dans une salle de classe.

L'école à distance est temporairement au calendrier pour les élèves de l’école secondaire Le Transit de Val-d’Or à la suite d'un cas de COVID dans l'établissement d'enseignement.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Annie-Claude Luneau

Après la découverte de 10 cas de COVID-19 en 3 jours la semaine dernière, la situation est revenue au calme en Abitibi-Témiscamingue.

Pour une troisième journée consécutive, aucun cas de COVID-19 n’a été recensé dans la région.

Il y a présentement 11 cas actifs, dont 10 dans la Vallée-de-l’Or.

Plusieurs personnes demeurent toutefois en isolement après avoir été en contact étroit avec un cas positif.

La façade de l'école secondaire Le Transit.

Des parents ont reçu une note rappelant notamment les principaux symptômes à surveiller comme la toux, la fièvre et les maux de ventre.

Photo : Radio-Canada / Mélanie Picard

Une classe de l’école Le Transit de Val-d’Or notamment débutera l’école à distance pour deux semaines dès demain.

La semaine dernière, la médecin-conseil en santé publique Dre Omobola Sobanjo insistait sur la nécessité de respecter les consignes d’isolement.

Lorsque la santé publique vous appelle ou prend contact avec vous pour une enquête et transmet des consignes d’isolement, c’est important de les respecter parce que cela nous aide à freiner la transmission avant que ça se propage plus largement au sein de notre communauté, disait-elle.

Palier de préalerte

L’Abitibi-Témiscamingue demeure l’une des seules régions au palier d’alerte jaune au Québec.

Depuis le début de la pandémie, le taux de cas par 100 000 habitants est de 181,6 pour l’Abitibi-Témiscamingue, comparativement à 1651,7 pour l’ensemble du Québec.

On est où on est aujourd’hui, parce que la majorité de nos citoyens respectent les consignes, ils sont conscients et ils veulent que ça aille bien en Abitibi-Témiscamingue, conclut Dre Sobanjo.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !