•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Racisme systémique envers les Autochtones dans le système de santé de la C.-B.

Mary Ellen Turpel-Lafond.

L'avocate Mary Ellen Turpel-Lafond, chargée de l’enquête.

Photo : La Presse canadienne / Darryl Dick

Le racisme envers les Autochtones dans le système de santé de la Colombie-Britannique est un problème systémique répandu qui doit être résolu de toute urgence, conclut une enquête menée par la province.

Cela ne veut pas dire que chaque Autochtone qui reçoit des soins de santé subit du racisme direct ou indirect, note l’avocate Mary Ellen Turpel-Lafond, chargée de l’enquête.

Mais cela signifie que tous les Autochtones pourraient en subir, et ce, partout dans le système, ajoute-t-elle.

Nous devrions tous trouver cette conclusion profondément troublante.

Mary Ellen Turpel-Lafond

Moins dignes, alcooliques, ou encore mauvais parents sont autant de préjugés racistes qui persistent dans le système de santé par rapport aux Autochtones, précise le rapport.

Ces croyances ne devraient pas exister dans notre système de santé, estime Mme Turpel-Lafond.

Le ministre de la Santé, Adrian Dix.

Le ministre de la Santé Adrian Dix, qui a commandé l'enquête, doit en commenter les conclusions lundi.

Photo : Radio-Canada / Mike McArthur/CBC

Discrimination répandue

Des 9000 personnes entendues au cours de l’enquête, 2780 sont Autochtones. Parmi elles, 84 % affirment avoir subi une forme de discrimination en recevant des soins de santé dans la province.

Plus du tiers des travailleurs de la santé non autochtones ont été témoins de racisme ou de discrimination envers des patients autochtones.

Mme Turpel-Lafond note par ailleurs que 531 des quelque 5000 travailleurs de la santé sondés ont fait des commentaires racistes au cours de l'enquête.

Je tiens à présenter des excuses irrévocables à ceux qui ont été victimes de racisme dans les services de santé, aujourd'hui et par le passé, a dit le ministre de la Santé, Adrian Dix, en réaction au rapport.

Les hôpitaux et les cliniques devraient être un lieu de confiance et de réconfort.

Adrian Dix, ministre de la Santé
Une image floue d'un homme assis sur un lit dans une petite chambre d'hopital.

Les Autochtones vivent des discriminations basées sur des préjugés racistes qui persistent dans le système de la santé.

Photo : Radio-Canada

Allégations de jeu raciste non fondées

L’enquête n'a trouvé aucune preuve pour étayer l'allégation selon laquelle des employés aux urgences d’un hôpital se sont amusés à deviner le taux d’alcool dans le sang de patients, en particulier de patients autochtones.

Ces allégations, qualifiées d'« inacceptables » par le ministre de la Santé, Adrian Dix, l’ont poussé à commander la présente enquête.

Il existe des témoignages épisodiques et ponctuels qui ressemblent à ces allégations, mais ils ne peuvent être décrits comme répandus ou ciblant uniquement les patients autochtones, indique le rapport.

Appels à la tolérance zéro

Le racisme dans les soins de santé entraîne des soins de qualité inférieure, un accès inégal, il crée de la stigmatisation et des préjudices, et dans certains cas, la mort, rappelle la Régie de la santé des Premières Nations dans un communiqué.

Les expériences individuelles décrites dans ce rapport, des histoires de personnes mourant dans un lit d'hôpital ou malades à la maison parce qu'elles ont trop peur pour obtenir de l'aide, sont inacceptables, ajoute-t-elle.

L’organisation souhaite se donner le temps de réviser le rapport en entier, mais réclame déjà une politique de tolérance zéro en matière de racisme dans le système de soins.

Le territoire du Nunavut, dans le nord-est du Canada, souffre d’un manque de médecins et d’infirmiers permanents, conclut une récente étude qui s’est penchée sur l’impact d’un roulement fréquent du personnel médical sur la qualité des soins de santé. (CBC)

Les Autochtones souffrent du racisme dont ils sont victimes et plusieurs craignent de recevoir des soins dans le système de santé, indique le rapport.

Photo : Radio-Canada

Un problème qui doit être réglé de manière urgente

Les programmes actuels d'éducation et de formation sont inadéquats et les processus de traitement des plaintes ne fonctionnent pas, conclut le rapport.

Le rapport note également un manque de gestes concrets de la part des dirigeants pour mettre fin aux comportements discriminatoires.

Mme Turpel-Lafond recommande une série de mesures axées notamment sur la formation obligatoire des professionnels de la santé, une meilleure éducation du public et la création d'un comité spécial.

Elle presse le gouvernement de créer un poste d'officier de la santé autochtone qui aurait pour mandat de s’assurer que les doléances de cette communauté soient entendues et traitées.

Il est essentiel que tout le monde dans le système de soins de santé élimine toutes les formes de racisme et de discrimination à l'égard des peuples autochtones, souligne-t-elle.

Adrian Dix promet de travailler d'arrache-pied sur tous les changements proposés dans le rapport et de le faire en consultation avec ses partenaires autochtones.

« On mise sur l’action », dit M. Dix. On doit commencer, et on commence aujourd’hui.

Une jeune femme avec un tambour et un masque.

La mort de Joyce Echaquan a soulevé l'indignation partout au pays.

Photo : Radio-Canada / Jean-Claude Taliana

Des échos au Québec

Les cas de discrimination allégués ne sont pas sans rappeler les circonstances entourant la mort de Joyce Echaquan, survenue à la fin septembre dans un hôpital de Joliette, au Québec.

Depuis son lit d'hôpital, la jeune femme atikamekw originaire de Manawan a filmé en direct ses appels à l'aide, tandis que des infirmières lui tiennent des propos méprisants et disgracieux.

Sous le poids de l’indignation de la population, Québec a annoncé la tenue d'une enquête publique.

Nous devons tout faire pour éviter que de tels drames se reproduisent , avait alors indiqué la ministre de la Sécurité publique, Geneviève Guilbault, dans un gazouillis.

La coroner au dossier et son équipe restreinte sont actuellement en préenquête. Les démarches suivent donc leurs cours, note le Bureau du coroner du Québec dans un courriel.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !