•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Toronto FC : le Franco-Torontois Ralph Priso raconte sa première saison

Ralph Priso court sur un terrain de soccer. Des adversaires l'entourent.

Priso a disputé ses premières minutes en MLS contre l'Union de Philadelphie le 24 octobre.

Photo : Instagram/Ralph Priso

Ralph Priso s'attendait à faire ses débuts professionnels avec le Toronto FC cette année, mais il était loin de se douter de ce à quoi ressemblerait cette première expérience, tout particulièrement dans le contexte de la pandémie.

Le Franco-Torontois de 18 ans a signé un contrat pour rejoindre la première équipe de l'organisation torontoise en octobre dernier. Dix jours plus tard, il a fait ses débuts en Major League Soccer.

Je regardais (autour) et je me disais ''wow, je suis vraiment dans un match''.

Ralph Priso

C'était pas un rêve. C'était plus une pensée ou un objectif, c'est quelque chose que j'étais en train d'accomplir, se remémore-t-il.

L'entraîneur-chef Greg Vanney avait décidé d'envoyer le jeune homme dans la mêlée à la place du vétéran Nick DeLeon, à la 63e minute d'un match contre l'Union de Philadelphie, l'équipe qui allait devenir championne de la saison régulière 2019-2020.

Le match était pratiquement fini, se souvient-il. C'était 5-0 pour Philadelphie alors ils se sont dits ''pourquoi pas?'' Ça m'a donné la chance de voir à quelle vitesse le jeu se déroule, de prendre mes repères et de m'évaluer aussi.

Ralph Priso a disputé un autre match comme substitut après coup, puis il a eu droit à une autre première, le 1er novembre, contre l'Inter Miami CF. En dépit de son jeune âge, il a entamé son premier match en MLS.

Pour ma première entrée, je n'ai pas trop visualisé. Je n'y ai pas trop pensé, mais j'ai beaucoup pensé à cette première titularisation. La nuit avant, le jour avant, et même deux jours avant le match, j'y pensais beaucoup, raconte Priso, qui estime tout de même avoir maîtrisé ses émotions pendant le match.

Je pense que c'est parce que je m'étais passé tous les scénarios dans la tête, ajoute-t-il, sourire en coin.

Une année réussie

Ralph Priso, Jahkeele Marshall-Rutty et Jayden Nelson célèbrent un but avec leur coéquipier Pablo Piatti sur les lignes de côté d'un terrain de soccer.

Ralph Priso, Jahkeele Marshall-Rutty et Jayden Nelson ont tous effectué leurs débuts en MLS cette saison pour le Toronto FC.

Photo : Associated Press / Jessica Hill

Après avoir pris part aux quatre derniers matchs de la saison, le Torontois se doutait que son temps de jeu allait être minime en éliminatoires, voire complètement nul. Les recrues ont rarement l'occasion de se faire valoir à cette étape de la saison, à moins que le sort d'un match soit scellé par un important écart au pointage.

Le Toronto FC avait rendez-vous avec Nashville au premier tour des éliminatoires de la Coupe MLS. Et, alors que les deux équipes entamaient la période de prolongation toujours en quête d'un but, Priso a été envoyé sur le terrain par son entraîneur.

Quand ce sont les éliminatoires, c'est un match (à élimination directe) et une erreur peut tout changer, estime le Torontois. J'étais un peu plus nerveux que pour les matchs de saison régulière, mais c'était bien de rentrer parce que ça me prouve que Greg me fait confiance. Ça fait plaisir.

Le TFC s'est finalement incliné 1-0 face à la plus récente équipe d'expansion du circuit Garber, et si le goût de l'élimination se veut encore amer, Ralph Priso parle quand même de tout ce qu'il a vécu ces derniers mois comme d'un cadeau.

Je pense que pour la plupart des gens, ça a été une mauvaise année, mais pour moi, 2020, ça a été plutôt bon malgré tout!

Ralph Priso

Jamais seul

Ralph Priso court sur un terrain de soccer, entouré d'adversaires.

Ralph Priso avait rejoint l'académie du Toronto FC en janvier 2017.

Photo : Photo offerte par Toronto FC/Lucas Kschischang

À ses yeux, Ralph Priso a été brillamment appuyé à ses premiers pas avec le Toronto FC. Les francophones de l'équipe, comme Quentin Westberg, Laurent Ciman et Chris Mavinga, n'ont pas hésité à l'aider.

Le jeune Franco-Torontois s'estime aussi chanceux d'avoir pu compter sur Jahkeele Marshall-Ruty, Jayden Nelson et Ayo Akinola, qui ont pratiquement tous effectué leurs débuts avec la première équipe en même temps que lui. Akinola, le plus vieux du lot à 20 ans, a plutôt gagné sa place comme titulaire avec 11 départs en 15 matchs, mais il apprend encore les rouages du métier.

Quand on ne savait pas trop quoi faire, c’était facile de se parler, de partager des infos et partager des expériences, estime Priso. Ça nous a beaucoup aidés de découvrir le milieu ensemble!

Ayant rejoint le Toronto FC au Connecticut en raison des restrictions de voyage qui ont empêché l'équipe de jouer contre ses rivales américaines au Canada, Priso doit encore se pincer par moments. Il peine encore à croire qu'il fait bien partie de la première équipe des Reds.

Quand on est revenus (des États-Unis) pour deux semaines, je trouvais quand même un peu bizarre d’aller dans la partie de la première équipe, où se trouve le vestiaire, la piscine, etc.

Ralph Priso

Je pense que je suis sorti assez vite parce que j'avais l'impression qu'on allait me crier après, dit-il en riant. Les jeunes de l'académie n'ont pas accès à cette portion-là.

Priso sait de quoi il parle puisque lorsqu'il était formé au club, un de ses coéquipiers et lui se glissaient dans le vestiaire quand la première équipe partait pour aller jouer au ping-pong. Maintenant j’ai le droit de jouer sans problème.

Et, après la première équipe, il a découvert là un autre territoire à conquérir.

Les meilleurs, ce sont Marky (Delgado), Tsubasa (Endoh) et Laurent Ciman. Eux, ils jouent juste entre eux. Ils sont trop bons, souligne-t-il. Ça va prendre du temps pour arriver à ce niveau!

À 18 ans, Ralph Priso estime qu'il a encore tout à prouver. Le Franco-Torontois se fixe des objectifs raisonnables quant à son parcours de joueur de soccer professionnel. À court terme, il entend se présenter à son meilleur lors du prochain camp d'entraînement du Toronto FC pour prendre la place de quelqu'un.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !