•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Campus Saint-Jean bientôt à Calgary, à Red Deer et à Grande Prairie

Pancarte d'identification devant un bâtiment .

Le Campus Saint-Jean de l'Université de l'Alberta, à Edmonton.

Photo : Radio-Canada / Emilio Avalos

Le Campus Saint-Jean offrira bientôt un baccalauréat en enseignement dans le nord et le sud de l’Alberta. Le projet a pour objectif de permettre aux étudiants qui vivent à l’extérieur d’Edmonton d’accéder à une formation universitaire en français et d’augmenter le nombre d’enseignants francophones dans les régions albertaines.

L'objectif principal du projet est de permettre aux étudiants francophones de continuer leurs études universitaires en français près de chez eux.

C’est pour atteindre des étudiants qui désirent étudier au Campus Saint-Jean, mais qui trouvent difficile à l’âge de 17 ou 18 ans de quitter le giron familial, explique le doyen du Campus Saint-Jean, Pierre-Yves Mocquais.

À compter de l'année universitaire 2021-2022, les étudiants francophones du nord et du sud de la province qui souhaitent commencer une formation pour devenir enseignants pourront suivre leurs cours à Grande Prairie, à Red Deer ou à Calgary.

Les cours seront donnés à la fois à distance et en personne lorsque la situation sanitaire le permettra. À Calgary, ils auront lieu au campus de l’Université de l’Alberta, au centre-ville. Des locaux n'ont pas encore été confirmés pour des cours en personnes à Red Deer et à Grande Prairie.

Des périodes de résidence au Campus Saint-Jean, à Edmonton, sont également prévues pour permettre aux étudiants de bénéficier du contexte d’immersion du campus francophone.

Le projet sera financé dans le cadre de l’Entente Canada-Alberta relative à l’enseignement dans la langue de la minorité et à l’enseignement de la langue seconde 2019-2020 à 2022-2023.

Il aura aussi pour objectif de former davantage d’enseignants francophones dans la province.

Ce que j'espère, c’est que ça permette à des jeunes qui désirent s’engager dans des études en français et en particulier à des études qui les mèneraient vers la profession d’enseignant du primaire ou du secondaire, de pouvoir le faire dans la région d'où ils viennent, affirme Pierre-Yves Mocquais.

Un besoin dans les régions

Le directeur régional de l’Association canadienne-française de l'Alberta (ACFA) de Red Deer, Jean-Samuel Lampron, croit qu’il existe une réelle demande pour des programmes d’études postsecondaires en français à l’extérieur d’Edmonton.

Il affirme d’ailleurs avoir déjà reçu plusieurs courriels d’étudiants intéressés par le nouveau programme.

Ce que j’entends de beaucoup des personnes qui ont fait des cours d’immersion, c’est qu’après l’école secondaire ils ne font plus jamais de français, dit-il.

Il espère que le programme permettra aux communautés francophones des régions d’avoir plus de visibilité dans la province.

Les visées du projet

Le projet comprend un baccalauréat de quatre ans en éducation et un baccalauréat de deux ans en éducation après diplôme de premier cycle.

Le Campus Saint-Jean espère obtenir 20 inscriptions au programme de quatre ans à Calgary, 3 à Grande-Prairie, et 10 à Red Deer.

Il vise également 12 inscriptions au baccalauréat de 2 ans dont 10 à Calgary et 2 à Grande Prairie.

Le renouvellement du programme dépendra entre autres du nombre d'inscriptions et du taux de réussite des étudiants.

Avec la collaboration d'Audrey Neveu

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !