•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un expert s'attend à ce que Québec annule les rassemblements des Fêtes

Des gens passent une assiette de poisson à une table bien garnie pour les Fêtes.

Les rassemblements des Fêtes pourraient mettre à risque la capacité hospitalière du Québec.

Photo : getty images/istockphoto / gpointstudio

Radio-Canada

Le microbiologiste et infectiologue Alex Carignan considère qu'il serait de moins en moins responsable d'autoriser les rassemblements à Noël en raison de la hausse du nombre de cas de COVID-19 que connaît le Québec.

Le premier ministre du Québec a annoncé au début du mois que les rassemblements seront autorisés du 24 au 27 décembre, si la situation sanitaire le permet.

Alex Carignan affirme toutefois que le risque que François Legault déchire ce contrat moral devient de plus en plus réel. Ce qu'on observe sur le terrain, c'est qu'il y a encore des éclosions un peu partout. On a une recrudescence des cas dans les résidences de soins de longue durée, décrit le microbiologiste et infectiologue.

Il estime que tous ces facteurs empêchent la transmission communautaire de s'essouffler au Québec. 

Alex Carignan rappelle que le directeur de la santé publique du Québec espérait une baisse des cas quotidiens sous la barre du 1000 pour entamer la période des Fêtes. Au cours de la fin de semaine, le Québec a toutefois enregistré plus de 1300 cas samedi et dimanche.  

Actuellement, il n'y a pas d'amélioration, peut-être même une légère hausse du plateau qu'on observait. Dans ces conditions, on risque de se diriger vers un mur.

Alex Carignan, microbiologiste et infectiologue au CIUSSS de l'Estrie-CHUS

Il craint que dans le contexte actuel, les rassemblements des Fêtes viennent saturer les ressources hospitalières en janvier. 

Le centre de confinement de Sherbrooke affiche complet

En Estrie, 98 éclosions sont toujours actives et lecentre de confinement de Sherbrooke destiné à accueillir les résidents infectés des CHSLD affiche complet.  

Alex Carignan s'inquiète de ce portrait peu réjouissant qui risque de mettre beaucoup de pression sur les hôpitaux.

Ça va devenir un casse-tête pour les autorités du CIUSSS. Il y a des situations ou on a besoin vraiment de mettre des personnes en isolement. Des gens qui n'ont pas nécessairement besoin d'hospitalisation, explique le microbiologiste et infectiologue. 

En Estrie, 6 CHSLD et 12 résidences privées pour aînés ont présentement des éclosions de COVID-19 en cours entre leurs murs.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !