•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un médecin de Saskatoon critique la désinformation sur la COVID-19 en Saskatchewan

Le Dr Hassan Masri de face, portant le masque.

Le Dr Hassan Masri dénonce la désinformation qui sévit dans la province, en disant que cela nuit aux progrès de la la lutte contre la pandémie.

Photo : Radio-Canada / Chanss Lagaden

Radio-Canada

Un spécialiste des soins intensifs de Saskatoon croit que la désinformation au sujet de la COVID-19 rend le travail des professionnels de la santé plus difficile.

Hassan Masri, qui est également professeur agrégé de médecine à l'Université de la Saskatchewan, critique la désinformation qui sévit dans la province en disant que cela nuit aux progrès réalisés dans la lutte contre la COVID-19.

Les gens obtiennent des informations des réseaux sociaux de personnes en qui ils ont confiance. S'ils voient un proche répandre des informations douteuses, mais qu'ils leur font confiance, c’est là que la désinformation peut se répandre, explique-t-il.

Le Dr Masri croit qu’il est de son devoir en tant que médecin d’élever sa voix contre la désinformation, mais souligne qu’il s’agit également d’une responsabilité qui est avant tout citoyenne.

Il y a une responsabilité en tant que médecin, mais aussi une obligation personnelle en tant que personne ayant accès aux réseaux sociaux.

Hassan Masri, docteur de Saskatoon

Un travail collectif

Le Dr Masri dit que les personnes qu’il traite quotidiennement ne nient pas forcément l'existence du coronavirus, mais que certains de ses collègues ont dû traiter des personnes qui croyaient que la pandémie était une conspiration et refusaient de porter le masque, une situation qui peut complexifier le travail à hôpital.

Il est donc important d’avoir accès à une information juste et de combattre la désinformation, dit-il.

Le problème concernant la COVID-19, c’est que, sans effort collectif, il devient difficile de contrôler la pandémie. Et même si ceux qui n’y croient pas sont minoritaires, la désinformation et le refus de se plier aux règles peuvent être très dommageables, explique le médecin.

Face à cette situation, la meilleure façon de réagir est de dialoguer avec respect. Il dit qu'il fait toujours appel à la logique lorsqu’il doit discuter avec des internautes qui doutent encore de la gravité de la situation.

Ce que je leur dis, c’est, avant tout, que ce n’est pas une bataille entre eux et moi, mais une bataille entre la COVID-19 et nous.

Hassan Masri, docteur de Saskatoon

Il en appelle ensuite à leur raison des gens en leur demandant de faire confiance à l'expertise des professionnels comme les médecins et les autres experts du milieu de la santé.

Selon lui, il s’agit avant tout d’un travail d’information.

Je pense qu'il est vraiment important d'établir le respect et des relations avec ces personnes et d'essayer de les sensibiliser, explique Hassan Masri en ajoutant qu’il faut éviter le discours politique. Peu importe qu'on soit de droite ou de gauche ou modéré ou libertaire, la COVID-19 ne se soucie pas de l'affiliation politique.

Il ajoute qu’en fin de compte les professionnels de la santé devront subir les conséquences des gestes gens qui refusent encore de faire face à la pandémie.

Les travailleurs de la santé sont des êtres humains, dit le Dr Masri. Quand nous quittons l'hôpital, nous avons les mêmes soucis que tout le monde. Nous nous inquiétons pour nos enfants.

Avec les informations de CBC

Notre dossier COVID-19 : ce qu'il faut savoir

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !