•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un début de saison aux risques et périls des motoneigistes

Randonnée en motoneige.

Les amateurs de motoneige sont impatients de retourner sur les sentiers, même s'ils ne sont pas encore ouverts (archives).

Photo : Radio-Canada / Joane Bérubé

Radio-Canada

Même si les sentiers fédérés du secteur de Sept-Îles ne sont toujours pas ouverts, certains motoneigistes s’y hasardent déjà, encouragés par les abondantes chutes de neige du mois de novembre.

La neige est tombée abondamment sur la région au cours des dernières semaines, mais des tronçons des sentiers fédérés du club Ook-Pik ne sont pas suffisamment gelés pour permettre le damage et, par le fait même, l'ouverture des pistes.

Michel Thibeault observe un bout de sentier de motoneige toujours marécageux.

Le sol n'est pour l'instant pas suffisamment gelé pour accueillir sans risque les engins motorisés, explique le président du club Ook-Pik.

Photo : Radio-Canada / Marc-Antoine Mageau

Malgré cela, plusieurs motoneigistes y circulent déjà. C'est le cas de Yannick Gravel, qui est déjà parti plusieurs fois en randonnée cette année dans les sentiers près de Sept-Îles.

Le motoneigiste sait que la saison est jeune et que les conditions sont loin d'être optimales. C'est pourquoi il est important de faire attention, indique-t-il.

Il y a beaucoup d'eau, beaucoup d'arbres! Alors on ne va pas trop vite, raconte M. Gravel.

Yannick Gravel est assis sur sa motoneige dans une station d'essence.

Le motoneigiste Yannick Gravel a déjà deux randonnées à son actif cette année.

Photo : Radio-Canada / Marc-Antoine Mageau

Appel à la prudence

Le président du club Ook-Pik, Michel Thibeault, sait que l'attrait est grand, mais demande aux amateurs de motoneige de faire preuve de prudence.

Le problème de la neige, je l'ai toujours dit, c'est comme le maquillage : ça cache les défauts!

Michel Thibeault, président du club Ook-Pik

Tu ne sais pas ce qui est en dessous. Il peut entrer une branche, tu te bats, et tu te retrouves avec une roulette brisée et tu peux déchirer ta chenille, met en garde M. Thibeault.

Préparer les sentiers : une activité risquée

L’utilisation d’une surfaceuse est également une activité qui n’est pas sans risque à l’heure actuelle, explique M. Thibault.

Plusieurs zones marécageuses, situées en périphérie de Sept-Îles, ne sont pas gelées suffisamment pour supporter le poids de la machinerie, qui risque alors de s'enliser, et de subir des bris.

Malgré tout, les bénévoles du club Ook-Pik sont déjà à pied d'œuvre pour préparer la saison.

Michel Thibeault en entrevue avec Radio-Canada dans un sentier de motoneige près de Sept-Îles.

Michel Thibeault est président du club Ook-Pik.

Photo : Radio-Canada / Marc-Antoine Mageau

Cette semaine, c'est dommage, on annonce de la pluie. J'espère que ça ne défera pas tout ce qu'on a fait, s’inquiète le président du club Ook-Pik.

L'an dernier, la saison du club Ook-Pik s'est amorcée à la mi-décembre.

Avec les informations de Marc-Antoine Mageau

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !