•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un consommateur de drogue berné met le feu et cause la mort de deux personnes

Environ 45 pompiers ont été mobilisés pour maîtriser l'incendie de l'avenue de Vitré

Environ 45 pompiers ont été mobilisés pour maîtriser l'incendie de l'avenue de Vitré en juin 2017.

Photo : Radio-Canada

Un consommateur de drogue qui s'est fait berner par son revendeur est à l'origine d'un incendie qui a tué deux innocentes victimes en 2017 dans le quartier Limoilou, dont une femme se déplaçant en fauteuil roulant.

Michel Lapierre a plaidé coupable vendredi au palais de justice de Québec à des accusations d'homicide involontaire, après plus de trois années de procédure judiciaire.

Lapierre avait versé 250 $ à un revendeur de drogue qui ne s'est pas présenté au rendez-vous fixé pour conclure la transaction, dans la nuit du 10 au 11 juin 2017.

Le feu au portique

Frustré, Lapierre a mis le feu à un portique. Les flammes se sont rapidement propagées, entraînant la mort de Guylaine Morin, 37 ans, et Gérald Langlois, 49 ans, qui dormaient paisiblement dans leur appartement.

Le trafiquant de drogue n'habitait même pas à cet endroit.

Il avait fallu quelques jours aux enquêteurs pour comprendre ce qui s'était passé et mettre les menottes à Michel Lapierre, alors âgé de 37 ans.

Son procès devait débuter en janvier, mais l'incendiaire a finalement décidé de plaider coupable, après avoir déjà passé plus de trois ans en prison.

7 ans de détention

Les avocats se sont entendus pour suggérer une peine de sept ans de détention, à laquelle il faudra réduire la détention préventive.

À la demande des avocats, le juge a accepté d'attendre au mois de janvier pour imposer la peine.

Michel Lapierre, qui a quelques antécédents judiciaires, en sera à sa première condamnation d'importance.

Il a été condamné dans le passé pour des menaces et pour avoir été en possession de drogue, et sa peine la plus importante s'élevait à 30 jours de prison.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !