•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La neige artificielle comble les amateurs de ski de fond à Cantley

Des mesures ont été mises en place pour éviter la propagation de la COVID-19

Un homme en ski de fond, devant la forêt.

Les fondeurs peuvent pratiquer leur sport préféré grâce à la production de neige artificielle au club Nakkertok en Outaouais.

Photo : Radio-Canada / Kim Vallière

Radio-Canada

Le ski de fond semble avoir la cote cet automne en raison de la pandémie. L’engouement est aussi ressenti au club Nakkertok de Cantley, qui permet aux amateurs de commencer leur saison sans attendre la coopération de dame Nature.

Grâce à ses canons à neige artificielle, l’organisation permet depuis vendredi au public de skier sur une boucle de 1,3 km.

C'est sûr que c'est vraiment le fun, surtout que c'est probablement un des seuls endroits qu'on a pour skier en ce moment dans la région, explique William Bérubé, membre de l’équipe junior du club Nakkertok.

Ça fait vraiment du bien honnêtement et j'ai l'impression que cet hiver, ça va aussi nous aider avec le confinement, ajoute sa partenaire d’entraînement Magalie Daoust.

Les fondeurs de 18 ans se sont suivis pour la majorité de leur entraînement dimanche, pour discuter tout en glissant sur le parcours enneigé. Comme ils n’ont besoin que d’environ cinq minutes pour terminer la boucle, ils la font plusieurs dizaines de fois pendant leur entraînement.

Il faut que tu parles avec des gens, il faut que tu te distraies un peu, tout en te concentrant sur la technique et le ski que tu fais, mais c'est sûr que ce n'est pas aussi divertissant que de faire une belle randonnée dans le bois, raconte Bérubé en souriant.

Loin de lui l’idée de se plaindre de ne pas encore avoir accès aux quelques 70 km du club dont il fait partie depuis l’âge de 8 ans, au contraire. Il est reconnaissant du travail fait par Ken Lindfors, l’homme derrière la production de la neige artificielle.

Chaque fois que la température est à -3 cette année, nous avons produit de la neige. Cette saison, nous avons seulement réussi à en faire pendant 72 heures environ, explique celui qui est impliqué dans les opérations depuis que le club a fait l’acquisition de l’équipement en 2016, après avoir remporté un concours.

La neige artificielle subit moins les aléas de la météo que celle naturelle. Même si le mercure des derniers jours est plus clément, les fondeurs sont en mesure de passer des heures en piste.

Saison record pour Nakkertok

Les boutiques d’équipement de sport ne sont pas les seules à constater l'engouement pour le ski de fond. Le club Nakkertok compte un nombre record de membres.

On doit s’approcher des 2000. L’an passé, on était à 1700, donc c’est quand même grand. On est le plus grand club au pays, mentionne Camille Cheskey, l’entraîneur-chef du club.

Ce dernier précise que des règlements ont été mis en place pour s’adapter à la pandémie. Les gens doivent s'inscrire sur le site web de l’organisation pour réserver une plage horaire. En arrivant sur place, ils doivent signer un registre et porter le masque jusqu’au moment de pratiquer l’activité physique.

Un nombre de places maximum est disponible pour chaque heure d’ouverture. Le quota pour la journée est décidé sur la longueur de la piste. On a décidé 10 m par personne, ce qui fait grandement le 2 m, poursuit Cheskey, au sujet de la distanciation qui est demandée sur les pistes.

Avec la longueur actuelle de la boucle, une centaine d’amateurs peuvent y avoir accès en même temps. 

L’entraîneur en a lui-même profité pour une balade en famille en fin d’avant-midi, avec son bébé de 10 mois sur le dos. Comme quoi l’engouement touche les plus petits, comme les plus grands.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !