•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le centre de confinement de Sherbrooke affiche complet

Les CHSLD et résidences pour aînés qui comptaient sur le centre de confinement pour accueillir leurs patients infectés doivent maintenant se réorganiser.

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Vue du bâtiment du couvent Mont-Sainte-Famille

Le couvent Mont-Sainte-Famille de Sherbrooke est transformé en centre de confinement pour la COVID-19

Photo : Radio-Canada / Martin Bilodeau

Destiné notamment à l’accueil de patients atteints de la COVID-19, le centre de confinement de Sherbrooke doit maintenant les refuser par manque de place.

L'établissement situé dans le couvent des Petites Soeurs de la Sainte-Famille compte une quarantaine de lits pour accueillir des patients provenant des CHSLD et résidences privées en éclosion.

On a eu une recrudescence de cas positifs dans les derniers jours, donc le centre de confinement est arrivé à sa pleine capacité.

Sylvie Quenneville, directrice adjointe au soutien à l'autonomie des personnes âgées

En plus de voir toutes ses places comblées, le centre est lui-même en proie à une importante éclosion de COVID-19 parmi son personnel qui soigne des patients atteints du virus. Quelque 27 employés ont été déclarés positifs au nouveau coronavirus.

Une équipe de prévention et de contrôle des infections s'était rendue sur les lieux en septembre pour évaluer les protocoles en place dans l'établissement, lorsque de premiers cas avaient été déclarés.

La Direction de la santé publique en Estrie entend faire le point sur la situation au centre de confinement lundi.

Réorganisation dans les résidences et CHSLD

Comme les établissements d'hébergement de la région ne peuvent plus envoyer leurs patients au centre de confinement, une grande réorganisation est entamée.

Le CHSLD Villa Bonheur, où trois éclosions sont en cours, a décidé de consacrer une unité aux malades de la COVID.

Dans les derniers jours, on a établi une zone rouge pour rassembler les aînés déclarés positifs à la COVID-19 afin de protéger les autres résidents

Sylvie Quenneville, directrice adjointe au soutien à l'autonomie des personnes âgées

Ces changements au sein de l'établissement inquiètent toutefois des membres du personnel de l'établissement. Ils déplorent que des déplacements d'employés viennent mettre à risque les aînés. Non seulement le changement d'étage, mais le changement de bâtiment est assez fréquent en ce moment. On nous change d'un institut à l'autre pour combler les besoins, indique une employée du CHSLD Villa-Bonheur qui préfère ne pas dévoiler son identité.

Une proche aidante remarque elle aussi des déplacements qui la préoccupent. Sur l'étage de ma mère, il n'y a eu aucun cas de contamination, mais on note parfois que du personnel d'autres étages doit venir compléter le personnel manquant, et ça, c'est plus inquiétant, décrit-elle.

Pas de déplacement de personnel selon le CIUSSS de l'Estrie-CHUS

Le CIUSSS de l'Estrie-CHUS affirme, de son côté, que le personnel n'a pas à se déplacer d'un étage à l'autre dans un même quart de travail. On a stabilisé nos équipes, on a déplacé des équipes pour qu'elles soient dédiées aux cas positifs, assure Sylvie Quenneville.

Elle indique toutefois que des déplacements ont pu être notés dans les derniers jours, pendant la transition vers ce nouveau mode de fonctionnement.

Elle affirme également que les employés qui ont des symptômes de la COVID-19 sont immédiatement retirés du travail. Les employés qui sont dans un dépistage massif, oui ils sont maintenus au travail, mais les employés qui font un dépistage parce qu'ils sont symptomatiques sont retirés immédiatement du travail, indique-t-elle.

Malgré toutes les précautions en place, la COVID-19 semble continuer de faire son chemin dans plusieurs établissements de la région. Six CHSLD et 12 résidences privées pour aînés de l'Estrie ont présentement des éclosions en cours entre leurs murs.

Avec les informations de Pierrick Pichette et Marie-Eve Lacas

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !