•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un nouveau dépouillement confirme la victoire de Joe Biden au Wisconsin

Une femme dépouillant des bulletins de vote.

Seuls les États du Minnesota, du Colorado et du Maine rapportent un taux de participation plus élevé que celui du Wisconsin, où 75,8 % des électeurs inscrits se sont prévalus de leur droit de choisir leur prochain président.

Photo : Reuters / Daniel Acker

Radio-Canada

Après le recomptage des bulletins de vote au Wisconsin, Joe Biden est bel et bien le vainqueur de la course dans cet État par quelque 20 600 voix, contre le président sortant Donald Trump.

Comme nous l’avons dit, ce décompte n’a servi qu’à affirmer de nouveau la victoire de Joe Biden dans le Wisconsin, a réagi Danielle Melfi, qui a dirigé la campagne de Biden dans cet État.

Bien que la commission électorale du Wisconsin – qui est bipartisane – confirme la victoire démocrate dans cet État, le président Trump n'entend pas se satisfaire de ce verdict.

Le recomptage du Wisconsin n'a pas pour but de trouver des erreurs de calcul, il s'agit de trouver les personnes qui ont voté illégalement, a-t-il tweeté samedi en exprimant son intention de déposer une poursuite pour faire invalider le constat de la commission électorale.

Au moins un groupe conservateur ainsi qu'un partisan de Donald Trump ont déjà entrepris des démarches légales pour contester le résultat du scrutin présidentiel au Wisconsin, se plaignant, comme le président sortant, d'un recours abusif au vote par correspondance.

Leurs poursuites ont été déposées avant que le résultat du nouveau dépouillement ne soit connu.

Le Wisconsin a jusqu'à mardi pour officialiser la victoire de Joe Biden.

Trump doute de pouvoir aller en Cour suprême

Un peu plus tôt dans la journée, Donald Trump a accordé une entrevue à Fox News – sa première depuis l’élection présidentielle du 3 novembre – au cours de laquelle il a répété, sans avancer de preuve, que l’élection avait été truquée et que la victoire du démocrate Joe Biden était le résultat d’une fraude massive.

Malgré tout, le président sortant a émis des doutes sur la possibilité que le plus haut tribunal du pays accepte d'entendre sa cause. C’est très difficile d’amener un cas en Cour suprême, a-t-il déclaré.

Pour en arriver à cette affirmation, le président des États-Unis a dit s'être appuyé notamment sur les avis de ses avocats.

Il soutient cependant que son succès dans cette bataille juridique dépend d'un brave juge ou un brave législateur, et d'une Cour suprême prête à prendre une grande décision.

Mentionnant les centaines de déclarations sous serment que son équipe affirme posséder comme preuves des malversations survenues lors du comptage des votes, M. Trump a notamment déploré que, pour le moment, les juges ne leur permettent pas de les faire valoir.

Donald Trump a également mis en doute l’intégrité de certains juges, qui auraient, selon lui, conclu des accords [avec les démocrates].

En plus des machines utilisant le logiciel Dominion – qui auraient, assure-t-il, effacé des millions de votes en sa faveur ou les auraient réattribués à son rival –, le président a aussi accusé des facteurs de s’être débarrassés de milliers de votes qui lui étaient destinés par voie postale.

Il a aussi reproché à certains responsables des élections d’avoir empêché des électeurs républicains de voter et d’avoir produit de faux votes en utilisant l’identité de personnes décédées.

Toutes ces affirmations sont sans fondement et ont été démenties par les autorités responsables.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !