•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les chantiers de construction se multiplient dans les Maritimes

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Un travailleur sur un chantier de construction à Moncton, au Nouveau-Brunswick.

De jeunes familles immigrantes se tournent de plus en plus vers les provinces de l’Atlantique.

Photo : Radio-Canada / Nicolas Steinbach

Radio-Canada

Le marché de l’immobilier est à la hausse dans les maritimes. De jeunes familles, des Canadiens venus de l’ouest du pays et des immigrants se tournent de plus en plus vers les Maritimes. Résultat : les chantiers de construction se multiplient.

De ces nouveaux acheteurs de la grande région de Moncton, on y trouve plusieurs jeunes familles, souvent venues de l’international à la recherche d’un marché immobilier plus accessible.

C’est le cas d’Alexandre Marissal et sa famille, qui ont quitté Paris il y a un an pour s’installer dans le grand Moncton.

Sa conjointe et lui souhaitaient devenir propriétaires d’une maison neuve et offrir une nouvelle qualité de vie à leur fils de cinq ans.

C’est un vrai rêve qui s’est réalisé. On est très satisfaits de la maison, on est satisfaits de l’environnement, dit Alexandre Marissal.

En Europe, ce n’était pas une possibilité pour nous d’avoir acheté ou d’avoir accès à l’immobilier pour laisser ça à notre fils, c’est vraiment important pour nous de pouvoir créer du patrimoine.

Alexandre Marissal, résident de Dieppe

L’agente d’immeuble Chantal Albert accompagne de plus en plus ce profil de clients dans la recherche de nouvelles constructions. Les gens qui cherchent ce type de maisons sont souvent des gens qui cherchent une première maison; les gens qui viennent de l’international ou de l’extérieur, souligne-t-elle.

Elle ajoute que ce type de chantiers de construction se multiplie d’ailleurs un peu partout dans les provinces de l’Est.

C’est définitivement un phénomène maritime, dit Chantal Albert.

Villes en croissance

Pour les maires de ces petites municipalités où s’inscrit une augmentation de chantiers, il faut gérer la croissance.

À Dieppe, la valeur des permis de construction pour les mois de janvier à octobre 2020 a atteint les 68 millions de dollars. Le dernier record remontait à 2019, avec 43 millions.

Encore une fois, c’est vraiment une année exceptionnelle pour nous, affirme le maire de la ville de Dieppe, Yvon Lapierre.

Yvon Lapierre, souriant, dans la réception de l'hôtel de ville de Dieppe

Yvon Lapierre, maire de Dieppe.

Photo : CBC/Shane Magee

Il indique que l’un des objectifs du conseil municipal et de l’administration est de densifier le petit centre-ville, qui continue de grandir.

Les nouvelles propriétés sont construites près du centre-ville pour éviter l’étalement urbain, car Dieppe souhaite aussi faciliter l’accès aux commerces et favoriser la mixité sociale. Un des buts : libérer le plus d’espace possible pour les citoyens.

Et pour ce qui est des gens qui souhaitent vendre leur propriété, ils se doivent d’être prêts et d’avoir un plan de logement à court terme.

Selon Chantal Albert, les enseignes à vendre ne resteront pas affichées très longtemps dans la plupart des cas.

D’après le reportage de Rose St-Pierre

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !