•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des centaines de manifestants devant la maison de Benyamin Nétanyahou à Jérusalem

Des manifestants allongés au sol, l'un portant un déguisement de Benyamin Nétanyahou.

Les manifestants font campagne depuis plusieurs mois pour exiger la démission de Benyamin Nétanyahou.

Photo : Reuters / AMMAR AWAD

Associated Press

Environ 1000 manifestants se sont rassemblés devant la résidence officielle du premier ministre israélien Benyamin Nétanyahou à Jérusalem samedi soir, poursuivant leur campagne de plusieurs mois pour exiger sa démission.

Différents groupes de militants sont à l'origine de ces manifestations hebdomadaires. Ils affirment que Benyamin Nétanyahou devrait démissionner alors qu'il est jugé pour corruption et en raison de sa gestion de la pandémie.

Après deux confinements dans les derniers mois, l'économie du pays est en difficulté et des centaines de milliers d'Israéliens restent sans travail.

De nombreux manifestants sont des Israéliens qui ont perdu leur emploi.

Après six mois de manifestations et avec l'arrivée du temps hivernal, la foule de manifestants a commencé à diminuer. Mais les participants ont été bruyants et animés samedi.

Presque tous portaient des masques, mais ils n'observaient pas tous les règles de distanciation physique. Beaucoup d'entre eux portaient des drapeaux israéliens et des drapeaux roses, l'un des symboles du mouvement de protestation.

D'autres tenaient des modèles réduits de sous-marins, une référence à un scandale sur l'achat israélien de sous-marins allemands dans lequel plusieurs associés de Benyamin Nétanyahou ont été impliqués.

Le premier ministre israélien n'a pas été désigné comme suspect dans cette affaire, bien que son rival, le ministre de la Défense Benny Gantz, ait ordonné une enquête cette semaine.

De plus petites manifestations ont également eu lieu à travers Israël, notamment à la maison privée de Benyamin Nétanyahou dans la ville côtière de Césaria.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !