•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 : un détachement spécial pour sensibiliser la population hindiphone

Le portrait d'une femme.

Selon la Dre Anju Anand, médecin à l'hôpital St. Michael's de Toronto, « il y a certainement des obstacles à la communication avec les personnes dont l'anglais est la seconde langue. Le Canada, Peel et Toronto étant si diversifiés sur le plan culturel, nous devons également chercher à créer des ressources plus diversifiées sur le plan culturel ».

Photo : offerte par Dre Anju Anand

CBC News

Un nouveau détachement spécial créé par un groupe de médecins de la région de Peel vise à sensibiliser la population qui parle la langue hindie aux mesures sanitaires qui pourraient l'aider à freiner la progression de la COVID-19.

Les fondateurs de la Hindu COVID-19 Task Force affirment que le groupe est non partisan. Selon la Dre Anju Anand, de l'Hôpital St. Michael's de Toronto, le groupe cherche à diffuser des informations culturellement sensibles et culturellement appropriées aux gens de différentes origines.

La Hindu COVID-19 Task Force relève du groupe de travail canadien sud-asiatique sur la COVID-19, qui comprend aussi la Sikh COVID-19 Task Force et la Muslim COVID-19 Task Force.

Le groupe de travail vise les populations originaires de l’Asie du Sud, et a été mis en place à la mi-novembre. L’Asie du Sud comprend l’Inde, le Pakistan, le Bangladesh et le Sri Lanka.

La Dre Anand, qui fait partie des fondateurs du groupe, affirme que le détachement spécial cherche aussi à comprendre pourquoi les communautés sud-asiatiques sont si durement touchées par la COVID-19.

Nous espérons simplement faire passer notre message à la communauté d'une manière et dans des langues qu'elle comprend, a déclaré la Dre Anand à CBC News samedi.

[Nous cherchons à] sauver des vies et à faire passer des messages appropriés pour promouvoir la santé publique. Ce sont les mêmes messages [que les messages officiels], mais il y a différents obstacles. Si nous pouvons travailler avec tout le monde et nous assurer que les gens les comprennent et les respectent, alors je serai ravie, a-t-elle expliqué.

Samedi, le gouvernement de l'Ontario a indiqué que la région de Peel avait 516 nouveaux cas de COVID-19 sur un total provincial de 1822.

Le portrait d'une femme.

La Dre Priya Shah affirme vouloir être certaine que les consignes sanitaires arrivent aux oreilles des gens concernés.

Photo : offerte par Dre Priya Shah

Selon la Dre Priya Shah, médecin à l’Hôpital général de North York, le groupe de travail a été formé quand des médecins ont constaté qu'il y avait un besoin énorme dans les populations ayant l’anglais comme langue seconde dans la région de Peel, et que la population hindiphone était touchée de manière disproportionnée par la COVID-19.

Nous savons qu'avec la COVID-19, il y a des facteurs ethnoculturels spécifiques qui favorisent la transmission, que ce soit la langue, ou les ménages multigénérationnels, ou le fait d’être travailleur essentiel. Il y a tellement de facteurs dans toutes les communautés, selon la Dre Shah.

Nous avons créé ce groupe de travail afin de distiller des informations, de prendre des conseils de santé publique et de les présenter sous une forme plus spécifique à la langue afin que notre communauté puisse les comprendre, a-t-elle déclaré.

La Dre Shah a ajouté que le groupe de travail utilise Instagram, Facebook et Twitter et publie des vidéos pour améliorer la communication. L'idée est de réduire la peur et l'anxiété autour de la COVID-19.

Notre idée est de faire passer le message pour que nous puissions faire baisser la transmission de COVID-19, a-t-elle ajouté.

Le maire de Brampton, Patrick Brown, a déclaré que la Ville communique dans 10 langues différentes car elle est une mosaïque de croyances, de cultures et de langues. M. Brown a déclaré qu'il soutenait ces groupes de travail.

Ce sont des efforts utiles de la part de la communauté, a déclaré M. Brown.

Il ajoute cependant que le gouvernement de l'Ontario a toujours la responsabilité de fournir des congés de maladie payés aux travailleurs essentiels, et que Brampton a toujours besoin d'un centre d'isolement dans son secteur nord-est, lui qui a été extrêmement touché par la COVID-19.

La communauté sud-asiatique représente un tiers de la population de la région de Peel, mais représente actuellement près de la moitié de tous les nouveaux cas positifs de COVID-19 signalés, selon le groupe de travail.

Notre dossier : La COVID-19 en Ontario

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !