•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un linguiste rédige un guide de noms de bébés en langue Carrier

Deux peronnes attachent un bracelet sur la cheville d'un bambin.

Un livret de noms de bébé dans la langue Carrier - ou Dakelh - a été publié par les Services à la famille Carrier Sekani.

Photo : Carrier Sekani Family Services

Radio-Canada

Choisir un nom pour un nouveau bébé peut être une décision difficile, mais un chercheur du nord de la Colombie-Britannique a tenté de faciliter cette tâche importante pour les parents des Premières Nations Carrier qui souhaitent mettre en valeur les racines culturelles de leurs enfants.

La semaine dernière, Bill Poser, un linguiste de Prince George, a publié un livret de prénoms de bébé dans la langue Carrier - ou Dakelh - avec les Services à la famille Carrier Sekani, après des années de recherche et de consultation avec les aînés.

De moins en moins de [Carrier] connaissent la langue, et de moins en moins de noms sont transmis de cette façon, déplore M. Poser à l'émission Daybreak North de CBC.

M. Poser, originaire du Vermont et titulaire d'un doctorat du Massachusetts Institute of Technology, étudie la linguistique Carrier depuis 1992. Il dit que son intérêt pour la langue découle d'une passion pour son système sonore unique.

L'ancien professeur de l'Université du Nord de la Colombie-Britannique dit qu'il a écrit le guide parce qu'un certain nombre de ses amis Carrier souhaitaient nommer leurs enfants dans la langue de leurs ancêtres, mais ne savaient pas par où commencer à chercher des noms potentiels.

Bill Poser a terminé la rédaction de son guide en 2012, mais il n'a été publié que récemment.

Parmi les noms Carrier communs listés dans le livret figurent Ditnan, qui signifie tonnerre, Whutl'at, qui signifie fin du lac, et Yak'ushun, qui signifie chanson dans le ciel.

Le livret contient des listes de noms Carrier empruntés à l'anglais et au français. Il y a aussi des noms Carrier traditionnels qui ont rarement été adoptés par les membres de ces Premières Nations depuis l'arrivée du catholicisme au 19e siècle.

Selon M. Poser, les Carrier peuvent avoir jusqu'à trois noms en plus de leur nom de famille, qui est souvent le prénom du père et, en raison de la colonisation, provient de l'anglais ou du français, comme Peter, William et Louie.

Le prénom que portait un enfant était souvent lié aux circonstances de la naissance, explique le chercheur. Si la mère accouchait sous une épinette, alors l'enfant pourrait être nommé quelque chose comme épinette, illustre-t-il en se référant au nom Carrier Ts'oocheh, qui signifie littéralement à la base d'une épinette.

Après un certain temps, dit-il, un enfant pourrait changer de nom, ce qui pour nous serait un surnom qui concernait l'enfant, peut-être une caractéristique physique ou un trait de personnalité.

Un jeune adulte peut se donner un nouveau nom basé sur une expérience importante qui serait souvent quelque chose qui s'est passé en rêve.

En plus d'être utilisé comme guide de dénomination, M. Poser espère que son travail pourrait être d'un intérêt général pour les Carrier qui souhaitent en savoir un peu plus sur leur patrimoine culturel.

J'espère que [beaucoup de gens] trouveront intéressant de découvrir les anciens noms.

Avec les informations de Winston Szeto et Daybreak North

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !