•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Protection du français : des centaines de jeunes manifestent à Montréal

Des manifestants avec des pancartes.

Des centaines de manifestants se sont réunis samedi devant l'Hôtel de Ville de Montréal pour dénoncer le recul du français au Québec et dans la métropole.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Des centaines de personnes se sont réunies samedi devant l'Hôtel de Ville de Montréal pour dénoncer le recul de la langue française au Québec, notamment dans la métropole. La manifestation non partisane était organisée par le Mouvement des jeunes souverainistes, qui réclame, entre autres, l'implantation d'un Conseil de la langue française à la Ville de Montréal.

Le Mouvement des jeunes souverainistes se dit préoccupé par le surfinancement de l'éducation postsecondaire en anglais et par le sous-financement des universités francophones.

C’est pourquoi l’une de ses revendications consiste à retirer les subventions du Collège Dawson et de l'Université McGill dans le cadre du projet de loi 66 et de les investir plutôt dans des projets de relance des réseaux collégial et universitaire francophones.

La moitié des étudiants qui fréquentent une université ou un cégep [à Montréal] étudient en anglais, alors qu'on est 94,5 % de francophones au Québec. C’est un petit peu de l’assimilation.

Charlotte Massue, déléguée du Mouvement des jeunes souverainistes

Les données du ministère de l’Enseignement supérieur confirment que les étudiants de langue maternelle anglaise sont désormais minoritaires dans le réseau collégial anglophone : ils représentaient 35 % des effectifs en 2019-2020, tous types de formations confondues.

Le Parti québécois a d’ailleurs présenté une motion en octobre pour exhorter le gouvernement provincial à retirer l'agrandissement du Collège Dawson de sa liste de projets d'infrastructure. Son chef, Paul St-Pierre Plamondon, a avancé que Québec devrait plutôt prioriser les projets d'agrandissement des cégeps francophones.

Le Mouvement des jeunes souverainistes réclame également que l'ancien hôpital Royal Victoria soit destiné à la création d'une université internationale de la francophonie , plutôt que d'être cédé à l'Université McGill, et que Montréal se dote de son propre Conseil de la langue française.

Réformer la loi 101

Une autre des revendications des manifestants porte sur un meilleur respect de la loi 101 au Québec, et d’étendre son application aux cégeps.

Le ministre responsable de la Langue française, Simon Jolin-Barrette, ne s’est pas prononcé sur l'idée de restreindre l'accès des francophones et allophones aux cégeps anglophones, mais a énoncé un principe général : le français devrait être au Québec la langue habituelle des études.

Il a d’ailleurs annoncé mardi que le dépôt d'un projet de loi visant à présenter une nouvelle version de la Charte de la langue française (loi 101) était reporté à la prochaine session parlementaire.

Le Mouvement des jeunes souverainistes, qui existe depuis un an, perçoit l'indépendance, non pas comme une fin, mais plutôt comme un moyen de mettre de l'avant des politiques progressistes.

Avec les informations de Louis de Belleval

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !