•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 : le paiement de frais de garde à l'Institut de Guy-Lacombe a baissé de 30 %

Un homme et une femme se tiennent les mains, dans lesquelles se trouvent des figurines en papier représentant les membres d'une famille.

L'Institut Guy-Lacombe pour la famille aide plus de 300 familles francophones en Alberta.

Photo : iStock

Lors de l’assemblée générale annuelle de l'Institut Guy-Lacombe pour la famille, la trentaine de membres et employés présents ont appris que les revenus générés par les frais de garde sont passés de 74 900 $ à 50 782 $ soit, une différence d’environ 30 % entre 2019 et 2020.

Cependant, l’auditeur indépendant Pierre Bergeron explique que cette perte est en partie comblée grâce aux financements publics, dont celui de la province, qui a octroyé 20 000 $ du programme de centres de ressources familiales.

L’IGLF a aussi bénéficié d’une nouvelle subvention de la Croix rouge (…) spécifiquement donnée pour la COVID, ce qui a équilibré les revenus, ajoute Pierre Bergeron.

La subvention de la Croix rouge est de 99 000 $. La directrice générale de l’organisme, Sarah Arlène Nyakeru, dit que cette somme a permis de préparer les familles aux restrictions sanitaires de la province.

On sert vraiment toute la famille, donc on est en mesure de faire passer le message aux enfants et aux parents , dit la directrice générale.

L’IGLF a fait des ateliers en ligne pour sensibiliser les familles aux risques de la COVID-19 et a distribué plus de 200 trousses contenant de l’équipement de protection individuelle.

Déplacements en baisse

Pierre Bergeron a soulevé que les frais de déplacement ont diminué. Ils sont passés de 11 224 $ à 2562 $ d’une année à l’autre.

Selon la présidente du conseil d’administration, Carolyn Elias, la COVID-19 a eu pour conséquence d'accélérer le virage numérique de l'organisation et de permettre à de nombreux parents de cette région de suivre les ateliers parentaux en ligne.

M. Bergeron note toutefois que les frais de déplacement sont en diminution depuis trois ans.

L’IGLF est un organisme qui est censé couvrir le nord de l’Alberta, et on voit que les activités et la programmation se concentrent de plus en plus à Edmonton, souligne-t-il.

Augmentation des frais d'avocat

La masse salariale a augmenté de 8 %. Le pourcentage paraît important, cependant, c'est juste un rééquilibrage puisque cette masse salariale avait beaucoup baissé en 2019.

C'est d'ailleurs une des rares traces des problèmes internes qui avaient saisi l’Institut l’an dernier : la masse salariale se retrouve au niveau de ce qu’elle était en 2018. On a vu les salaires baisser en 2019 à cause du changement de personnel.

Autre trace de ces problèmes, l’augmentation importante des honoraires professionnels que Pierre Bergeron a détaillée aux participants de l’AGA. C’est directement lié aux frais d'avocat pour gérer les dossiers des ressources humaines, leur a-t-il dit.

De son côté, la présidente de l’IGLF n’a pas donné de détails sur ce qui s’est passé et a manifesté son désir de tourner la page.

Tout est réglé maintenant. Nous pouvons continuer sur la nouvelle voie. Nous avons fait une restructuration, nous avons une nouvelle équipe et puis on peut maintenant s'orienter vers le futur, et juste continuer d’appuyer les francophones et francophiles de l'Alberta, conclut-elle.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !