•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

De Dieppe à Gatineau, Samuel Savoie s'ajuste à sa vie dans la LHJMQ

Joueur de hockey avec son équipement, sur la patinoire. Il regarde vers le côté.

Samuel Savoie a participé aux matchs disputés à Québec dans l'environnement protégé de la LHJMQ. Il se tire bien d'affaires après un début de saison marqué de questionnement.

Photo : Jonathan Roy / LHJMQ

François Le Blanc

Les premiers mois de Samuel Savoie dans la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ) ont été marqués par la COVID-19. Il a vécu les matchs dans une bulle, il a finalement marqué son premier but dans le circuit et il s'est rapidement adapté à un nouveau régime d'études. Pas mal pour une recrue de 16 ans.

Samuel Savoie ne se doutait pas que sa première saison avec les Olympiques de Gatineau serait aussi rocambolesque.

Après seulement quatre parties, en octobre, la saison a été suspendue en raison de la multiplication des cas de COVID-19 au Québec.

L'Acadien, originaire de Dieppe, a préféré garder son calme dans la tempête d'incertitude. Même s'il vivait à 900 km de chez lui.

Homme avec un casque, pelle et un masque pointant vers la caméra.

Même le personnel de soutien était tenu à un protocole stricte au Centre Vidéotron.

Photo : Jonathan Roy / LHJMQ

C'est hors de notre contrôle, mentionne le joueur de centre. C'est de même pour à peu près toutes les ligues et tous les joueurs. On est chanceux qu'on joue, nous autres.

Chanceux, oui! Car, ses amis qui évoluent dans les Maritimes ne peuvent plus jouer en raison des éclosions en Nouvelle-Écosse et au Nouveau-Brunswick.

Tandis que lui, au Québec, la LHJMQ a pu redémarrer sa saison dans un environnement protégé, que tout le monde surnommait la bulle à Québec.

Sept équipes ont été regroupées pendant plus de 10 jours au même endroit où les joueurs ont été isolés et testés régulièrement.

Joueur avec rondelle devant des adversaires qui tentent de la lui enlever.

Samuel Savoie lors d'un match, dans la "bulle", à Québec.

Photo : Jonathan Roy / LHJMQ

Il dresse tout de même un premier bilan positif dans la LHJMQ après deux mois.

La bulle, c'est quelque chose qu'on va s'en rappeler toute notre vie, nous autres, décrit Savoie.

C'est pas mal la même affaire tous les jours. Le masque vient en premier, il faut prendre les tests de COVID. On gère bien ça.

Samuel Savoie
Joueur assis sur la bande, devant le banc d'une équipe adverse. Les joueurs assis semblent surpris de le voir.

Mauvais banc, pour Samuel Savoie. L'Acadien n'a pas froid aux yeux! Les joueurs de l'Armada de Blainville-Boisbriand ne semblent pas apprécier sa présence, même s'ils peuvent admirer le gilet rétro des Olympiques, en hommage à l'histoire de l'équipe.

Photo : Jonathan Roy / LHJMQ

Savoie s'en souviendra aussi, de cette période dans la bulle de Québec, pour ses performances sur la glace: son premier but en carrière de la LHJMQ.

Puis, là, je me rappelle plus trop ce qui est arrivé. J'ai vu la rondelle à côté du filet et je l'ai mise dedans, raconte le jeune homme. C'est tellement le fun, dit-il. Tu rêves à ça depuis que tu es jeune..

Ce n'est peut-être pas spectaculaire, mais, c'est arrivé à un bon moment, comme si la ligue souhaitait la bienvenue à la recrue de 16 ans.

C'était le temps! J'avais manqué beaucoup de chance au début de la saison.

Dans cette série de matchs à Québec, il a inscrit deux buts en six parties, dont un filet gagnant en prolongation.

Faciliter son adaptation

Repêché au 4e rang de la séance de sélection 2020 de la LHJMQ, Savoie sait que les attentes sont élevées. La pause d'un mois, entre le début de la saison et les matchs dans la bulle de Québec, a permis à l'équipe de tenir des entraînements. Ça lui a donné l'occasion de trouver des repères pour mieux s'établir dans le circuit.

C'est une toute adaptation du midget à la LHJMQ. Donc, lors des entraînements, tu joues avec des gars qui sont meilleurs, tu joues avec des gars qui sont plus rapides. Il a pu prendre le rythme rapidement.

Un entraîneur de hockey explique un exercice à ses joueurs, agenouillés devant lui.

Les joueurs des Olympiques écoutent les consignes de l'entraîneur Louis Robitaille.

Photo : Radio-Canada / Jonathan Jobin

L'autre adaptation, c'est l'école. Samuel Savoie, qui est en 11e année, suit, à distance, cours de l'école Mathieu-Martin à Dieppe. Mais, c'est différent des autres élèves.

C'est vraiment moi qui me donne le plan de l'année, je le fais par moi-même. Donc, ils me donnent des feuilles, c'est moi qui lis les feuilles et qui apprends des choses. Ça travaille ma responsabilité puis des choses comme ça que j'avais besoin. Ça m'améliore comme personne.

Samuel Savoie

Et il se dit sévère avec lui même.

Ça ne me tente pas d'être en retard. Je veux avoir mon diplôme avec mes amis à l'école, conclut-il.

Et, on se doute bien, assister en chair et os, à son bal de finissants à Dieppe. Car, même lorsqu'on est à distance, c'est important un bal de finissants pour un adolescent.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !