•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Aide de Québec à la production en serres : une nouvelle bien accueillie dans la région

Des légumes dans la serre de l'entreprise Les Herbes salées du Bas-du-fleuve.

Québec souhaite accroître la production de légumes en serre au Québec.

Photo : Radio-Canada / Jennifer Boudreau

Radio-Canada

Le gouvernement du Québec a dévoilé vendredi sa nouvelle stratégie pour doubler le volume de cultures en serre d'ici 2025. Au Bas-Saint-Laurent, même si, en général, les producteurs se réjouissent de la nouvelle, certains aspects de cette stratégie sont accueillis de manière plus mitigée.

Cette stratégie, qui comprend des investissements de plus de 90 millions de dollars, s'inscrit dans le plan pour augmenter l'autonomie alimentaire de la province que Québec a présenté il y a quelques semaines.

Par ces investissements, le gouvernement souhaite investir davantage pour augmenter la production en serre chez les producteurs de légumes et de fruits déjà établis dans la province, mais aussi inciter la création de nouvelles entreprises.

Cette stratégie comprend aussi la modernisation du réseau serricole et des investissements dans la recherche et le développement de ce secteur.

Jean-Yves Roy dans l'une de ses serres.

Le propriétaire de l'entreprise Les Herbes salées du Bas-du-Fleuve, Jean-Yves Roy

Photo : Radio-Canada / Sébastien Ross

Le maraîcher Jean-Yves Roy, de l'entreprise des Herbes salées du Bas-du-Fleuve, se réjouit de cette nouvelle et du fait que le gouvernement du Québec est conscient que l'autonomie alimentaire est importante.

Par contre, il estime que la majorité des initiatives lancées par Québec par le biais de cette nouvelle stratégie est destinée à des entreprises à grande échelle.

Selon lui, seulement quelques-uns des programmes de cette stratégie peuvent être intéressants pour les plus petits producteurs de la région.

[Le programme] qui est pour les grands tunnels et pour améliorer la diversité de production des petits producteurs, ça, je pense que c’est très intéressant et accessible à nos maraîchers d’ici, soutient-il.

Jean-Yves Roy salue aussi les initiatives de la stratégie gouvernementale liées à l’enseignement et à la recherche en agriculture.

L’UPA du Bas-Saint-Laurent mitigée

Le président de l'Union des producteurs agricoles(UPA) du Bas-Saint-Laurent, Gilbert Marquis, voit lui aussi d’un œil positif cette nouvelle de la part de Québec, mais il se questionne tout de même sur certains aspects de cette stratégie.

Gilbert Marquis.

Le président de l’UPA au Bas-Saint-Laurent, Gilbert Marquis, estime qu'il faut penser à la conservation des produits maraîchers, surtout si l'on pense augmenter leur production.

Photo : Radio-Canada / Isabelle Damphousse

M. Marquis estime que l’intention du gouvernement d’augmenter la superficie des serres et la production de légumes en région est une excellente nouvelle.

Par contre, il souligne le fait qu’il faut aussi investir dans la conservation des produits, surtout si l'objectif du gouvernement est d'allonger le plus possible la période de production et la période de livraison des produits au cours de l'année.

Selon lui, la conservation des produits est un enjeu primordial dans le développement de l'autonomie alimentaire du Bas-Saint-Laurent.

Gilbert Marquis ajoute que la région ne dispose pas d'unités de conservation et de réfrigération des produits.

Au-delà de ça, il faut les conserver. Des fraises en serre, ça se fait, mais un coup que tu les as produites, que tu les as cueillies, soit tu les transformes ou soit que tu les congèles ou quoi que ce soit pour les maintenir en vie, ces fraises-là. C’est ce qu’on n’a pas vraiment au Bas-Saint-Laurent, illustre-t-il.

Il termine en mentionnant que la question des coûts liés au chauffage des serres dans l'Est-du-Québec, avec ses hivers rigoureux, représente aussi un casse-tête pour les producteurs, malgré l'aide financière rendue accessible par Québec.

D’après les informations de Jennifer Boudreau

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !