•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Microsoft est critiquée pour un nouvel outil qui traque la productivité du personnel

Une jeune femme travaille sur son ordinateur à la maison.

La productivité du personnel d'une entreprise pourrait être surveillée.

Photo : iStock

Radio-Canada

Depuis quelques jours, les entreprises qui fonctionnent avec Microsoft 365 peuvent surveiller le « score de productivité » de leurs équipes. Un nouvel outil vivement critiqué par des activistes qui militent pour la protection de la vie privée.

De la fréquence à laquelle vous regardez vos courriels sur Outlook à vos participations aux réunions vidéos sur Teams, votre gestionnaire peut désormais utiliser la fonction Score de productivité pour traquer chaque activité effectuée sur les plateformes de Microsoft 365.

Le logiciel est conçu pour donner un portrait d’ensemble du fonctionnement de votre organisation, selon un billet de blogue de Microsoft.

Des graphiques montrent la productivité d'une personne.

Microsoft 365 mesure la productivité des activités du personnel.

Photo : Capture d'écran Microsoft 365

Toutefois, grâce aux rapports produits, il est aussi possible de collecter des données sur chaque membre de l’équipe, ce qui permet de cibler les personnes participant moins aux conversations de groupe et utilisant moins les documents partagés, notamment.

Criblé de critiques

Il n’en fallait pas plus pour que les personnes qui se portent à la défense de la vie privée s’insurgent de cette nouvelle fonction sur les réseaux sociaux.

Le premier à avoir tiré la sonnette d’alarme est le chercheur autrichien Wolfie Christl, qui énumère les raisons de son malaise sur Twitter. Selon lui, l’outil pose problème sur de nombreux plans : Les gestionnaires qui évaluent les données individuelles du personnel, c’est non. Toute évaluation des données basée sur la productivité d'un groupe transfère le contrôle du personnel aux entreprises. L'autorégulation des équipes par l’outil MyAnalytics est la première étape vers une normalisation.

David Heinemeier Hansson, cofondateur de l’outil de gestion de projet Basecamp , ajoute sa voix à celle du chercheur.

Le mot "dystopie" est loin d'être assez fort pour décrire le nouvel enfer que Microsoft vient d'ouvrir. Au moment même où la réputation d'une nouvelle et meilleure entreprise se construit, ils la font exploser avec le système de surveillance de travail le plus invasif jamais mis en place, peut-on lire dans un gazouillis.

Microsoft se défend

En ces temps où le télétravail a la cote, le géant Microsoft nie que son outil sert à surveiller les équipes de travail.

Nous nous engageons à ce que le respect de la vie privée soit un élément fondamental du score de productivité. [...] Soyons clairs : le score de productivité n'est pas un outil de surveillance du travail. L'objectif est de découvrir de nouvelles méthodes de travail, de fournir à votre personnel une excellente collaboration et des expériences technologiques, a répondu Jared Spataro, vice-président de Microsoft 365, dans un billet de blogue.

Pour fonctionner, l’outil doit être activé manuellement par une tête dirigeante. Libre à celle-ci d’anonymiser ou pas les données recueillies sur chaque membre de l’équipe.

Avec les informations de Forbes, The Guardian, et ZD Net

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !