•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Importante mise à pied imminente à l’usine Evraz de Regina, dit le syndicat

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
L'usine d'acier Evraz à Regina en hiver.

La compagnie Evraz a confirmé par courriel procéder à des licenciements, sans toutefois préciser le nombre de travailleurs qui seraient touchés.

Photo : Radio-Canada / Rob Kruk

Radio-Canada

Entre 400 et 500 travailleurs seront licenciées de l’entreprise Evraz de Regina d’ici janvier 2021, annonce le syndicat qui représente les ouvriers, une annonce qui était attendue par le milieu.

Déjà, 50 employés ont perdu leur emploi vendredi, et les coupures se poursuivront jusqu’en janvier 2021, selon les informations transmises par le Syndicat des métallos (USW).

Certains employés congédiés bénéficient d'un droit de rappel qui pourrait déboucher sur une réembauche en cas de besoin, précise l'entreprise, mais le président de la section locale du syndicat, Mike Day, parle tout de même d'un coup dur pour les employés.

Ce n’est jamais une période facile, surtout quand il s’agit d’une mise à pied de cette ampleur , explique-t-il, en ajoutant que certains travailleurs trouveront la mise à pied plus difficile.

Certains travailleurs sont habitués [au licenciement], mais quand on commence à avoir affaire aux gars qui travaillent ici depuis 20 ans, ça fait longtemps.

Mike Day, président, section locale 5890, USW

La compagnie Evraz a confirmé par courriel procéder à des licenciements, sans toutefois préciser le nombre de travailleurs qui seraient touchés.

L’entreprise invoque une restructuration nécessaire pour faire face aux conditions économiques actuelles qui continuent de représenter des défis importants , et qui touchent le secteur de l'acier dans la province et au Canada.

Mike Day dans son bureau.

Mike Day est le président de la section locale 5890 du Syndicat des Métallos, à Regina. Il parle de « coup dur pour l'industrie » de la province. (archives)

Photo : Radio-Canada

Mike Day croit plutôt que la pandémie de la COVID-19 a eu raison de ces emplois. Il déplore le manque d'action du gouvernement provincial pour mettre de l'avant les produits d'ici pour les projets d'infrastructures qui ont cours au Canada.

On a des projets de construction au Canada qui n’utilisent pas de main-d’œuvre canadienne ni de matériaux produits ou fabriqués au Canada. C’est très préoccupant pour l’industrie de l’acier, dit-il.

La Saskatchewan a précisé par courriel être préoccupée par la perte de ces emplois, mais assure qu'elle entendait travailler avec les employeurs pour minimiser les licenciements et soutenir les travailleurs concernés .

Avec les informations de Karolina Rozwadowksi

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !