•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Éco-Ouest à la recherche de chevaux pour continuer sa course dans l’économie durable

Portrait de Dany Robidoux devant une affiche de son organisme.

Le mandat d’Éco-Ouest est d'encourager les municipalités de l’Ouest canadien à participer à l’écologisation de leur économie locale, selon le directeur, Dany Robidoux.

Photo : Radio-Canada / Laïssa Pamou

Éco-Ouest, organisme à but non lucratif qui aide les municipalités à réaliser leur transition écologique, affiche un déficit de plus de 180 000 $ pour l’année fiscale 2019/2020, selon son rapport présenté lors de l’assemblée générale de l'Association des municipalités bilingues (AMBM), dont il fait partie.

Malheureux mais attendu! C’est ainsi que le directeur général d'Éco-Ouest, Dany Robidoux, qualifie ce déficit.

Nous le savons, les premières années d’une start-up ne sont pas faciles. Cela se met en place, relativise ce dernier.

Le directeur général de l’AMBM, Justin Johnson, abonde dans son sens. 

C’est un défi, mais c’est aussi normal, puisque Éco-Ouest est en mode démarrage. Souvent, nous le savons, il faut quand même cinq ans avant que les choses se stabilisent…

Plusieurs obstacles

Poulain du Conseil de développement économique des municipalités bilingues du Manitoba (CDEM), Éco-Ouest a commencé sa course seul en 2017. Selon Dany Robidoux, plusieurs obstacles se sont hissés en chemin.

Rectificatif :

Une version précédente de ce texte indiquait que les deux hommes avaient dit que plusieurs obstacles s'étaient hissés en chemin alors que c'était seulement M. Robidoux qui avait dit cela.

Il note, par exemple, un malentendu sur la facturation avec certains organismes ou encore l’arrivée incertaine de fonds du gouvernement provincial.

Nous avions fait une demande de fonds à la province en octobre 2018, mais nous n’avons pas reçu de réponse avant octobre de cette année, explique Dany Robidoux. Nous avons commencé à avoir peur d’obtenir une réponse négative. Donc, nous avons arrêté de travailler sur le dossier.

Outre la suspension de certains développements, Éco-Ouest s’est séparé de deux de ses quatre employés pour limiter les dégâts.

Se remettre en selle

Ce que nous avons appris dès le début, c'est que cela demande du temps avant de gagner la confiance des différents gouvernements. Nous sentons maintenant que nous commençons à avoir leur appui, mais nous avons besoin de plus de fonds, continue le directeur général.

Justin Johnson estime qu’il est important de soutenir Dany Robidoux et son équipe dans leur entreprise. Pour lui, les résultats de l’organisme sur ces trois dernières années sont une réussite.

Éco-Ouest est un bijou parce qu’il est dirigé par un leadership francophone et bilingue du Manitoba et parce qu’il démontre une vision d’avenir plus verte et durable

Justin Johnson, directeur général de l’AMBM

Si Éco-Ouest a dû passer au trot, l’organisme ne s’est pas arrêté en chemin. Son directeur général, les employés et les consultants continuent de travailler de près avec les municipalités et de déposer des demandes de subventions pour enclencher d’autres projets.

Le dernier en date : une demande de financement, en partenariat avec le CDEM, de 6 millions $ auprès du gouvernement fédéral.

Nous avons regroupé des municipalités bilingues en milieu rural pour effectuer une analyse des déchets qui sont générés sur ces territoires et arriver à une solution d’économie circulaire, indique Dany Robidoux.

La priorité numéro 1 de Dany Robidoux et de Justin Johnson reste d’atteindre une stabilité financière et d’obtenir un financement sur le long terme.

Pour Dany Robidoux, une chose est en tout cas certaine : Éco-Ouest se prépare à repartir au galop vers une relance économique verte.

Nous avons juste besoin des chevaux, sourit-il.

Le tout reste ensuite de se maintenir en selle, et de ne pas chuter.

Avec les informations de Mohamed-Amin Kehel

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !