•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Rouge et Or de Glen Constantin, une pépinière d'entraîneurs

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Glen Constantin, entraîneur du Rouge et or, football à l'université Laval.

Glen Constantin, entraîneur du Rouge et or, football à l'université Laval.

Photo : Radio-Canada / Daniel Coulombe

Il y a 21 ans, le Rouge et Or de l’Université Laval devenait la première université francophone à mettre la main sur la coupe Vanier. Une conquête historique dont le legs se trouve encore le long des lignes de côtés, partout dans la province. Le Rouge et Or est devenu une dynastie, mais aussi une pépinière d'entraîneurs.

Mathieu Bertrand a fait son deuil de la saison 2020, mais la neige qui s’est posée sur le stade Telus, cette semaine, l’a rendu nostalgique.

Novembre, c’est le mois des champions. Tu joues et tu t’entraines toute l’année pour jouer au football quand il fait froid.

Mathieu Bertrand lance le ballon

Mathieu Bertrand a guidé le Rouge et Or à ses deux premières coupes Vanier, comme quart-arrière.

Photo : Anick Lavoie

L’ex-quart-arrière était derrière le centre pour le Rouge et Or lors de la victoire de 14-10 contre les Huskies de Saint-Mary’s, le 27 novembre 1999. Il l’était encore quatre ans plus tard pour la deuxième conquête.

Parti dans l’Ouest du pays pour sa carrière professionnelle durant 10 ans, il a pu constater tout le chemin parcouru dans le monde du ballon ovale québécois à son retour avec le Rouge et Or comme entraîneur adjoint, en 2013.

Les programmes secondaires avaient vraiment explosé, lance-t-il.

L’arbre aux 1000 branches de Glen Constantin

Aux États-Unis, on parle de l’arbre d’un entraîneur lorsqu'on désigne ses anciens joueurs et adjoints qui ont ensuite pris la barre d’autres équipes. Au Québec, Glen Constantin est aujourd’hui la racine commune d’une bonne partie des programmes de football secondaire et collégial.

Glen Constantin et Mathieu Bertrand, après la victoire au match de la coupe Vanier 1999.

Glen Constantin et Mathieu Bertrand, après la victoire au match de la coupe Vanier 2003.

Photo : Steve Deschênes

En 1re division collégiale, la moitié des dix entraîneurs-chefs du circuit sont des anciens du Rouge et Or. Marc-André Dion a été un précurseur, lui qui a pris la barre de la jeune équipe du Campus Notre-Dame-de-Foy en 2005, tout juste après avoir fini sa carrière universitaire comme joueur de ligne défensive.

J’ai appris les rudiments du métier à travers mes entraîneurs à Laval. C’est durant mon baccalauréat que j’ai su que je voulais devenir entraîneur , explique-t-il. Quinze ans après son arrivée avec Notre-Dame, Dion est toujours en poste. Ses adjoints sont presque tous des anciens protégés de Glen Constantin de différentes générations.

L'école du Rouge et Or

Quand tu peux aller chercher un ancien du Rouge et Or, tu le sais qu’il a été très bien formé et qu’il va faire le travail, plaide son ex-coéquipier Mathieu Bertrand.

Ce sont des passionnés qui ont joué dans un programme de passionnés, ajoute Glen Constantin. Il estime toutefois que certains joueurs sont naturellement destinés à une carrière le long des lignes de côté.

La qualité première, c’est de s’intéresser aux jeunes. Même si tu es le meilleur stratège, le meilleur technicien, ça demeure une relation avec les jeunes que tu dois bâtir , explique-t-il.

Marc-André Dion vêtu d'un chandail du CNDF

Marc-André Dion est à la barre du Notre-Dame du Campus Notre-Dame-de-Foy depuis 2005.

Photo : Radio-Canada

Si plusieurs de ses anciens protégés dirigent aujourd’hui des équipes rivales, ils composent le même numéro de téléphone lorsqu’ils ont besoin de conseils. Constantin a toujours du temps à leur consacrer.

Sauf peut-être quand il s’agit de se préparer à l’affronter. C'est que deux anciens adjoints, Marco Iadeluca et Brad Collinson, sont maintenant à la tête des Carabins de l’Université de Montréal et des Stingers de Concordia.

C’est plaisant de les voir aller. Je leur souhaite beaucoup de succès, mais qu’ils finissent toujours avec deux défaites à la fin de saison, lance l’entraîneur du Rouge et Or, sourire en coin.

Rivalité fraternelle

Nommé entraîneur-chef des Élans de Garneau la semaine dernière, Dominic Picard a bien l’intention, lui aussi, de s’inspirer de Glen Constantin, qu’il considère aujourd’hui comme un ami proche et un mentor.

Il nous a montré comment travailler. La recette, c’est l’esprit d’équipe, mais aussi les standards, l’éthique de travail et l’effort.

L’ex-centre étoile du Rouge et Or vivra une véritable rivalité fraternelle avec son homologue du CNDF. Marc-André Dion est son ex-coéquipier, mais également son beau-frère depuis une vingtaine d’années.

Photos d'équipe avec le Rouge et Or des deux joueurs.

Marc-André Dion (à gauche) est le mari de la soeur de Dominic Picard. Les beaux-frères sont maintenant à la barre d'équipes rivales.

Photo : Rouge et Or

Ça se peut que mon neveu reçoive un t-shirt des Élans en dessous du sapin. On verra s’il va le porter, lance Picard en souriant au sujet du fils de Dion.

Si ça arrive, je vais le brûler, je vous le garantis, réplique ce dernier en éclatant de rire. Le plus important, c’est la famille, s’entendent toutefois les deux hommes.

Depuis la première coupe Vanier, il y a 21 ans, celle du Rouge et Or a fait des petits.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !