•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19: les Panthères du Haut-Madawaska font la pause... dans l'amertume

L'équipe aurait aimé plus de collaboration des autres formations du Circuit régional de hockey

Joueurs et entraîneurs côte-à-côtes avec des trophées.

Les Panthères du Haut-Madawaska ont remporté plusieurs trophées lors de la dernière saison dans le CRH. Ils ne pourront défendre leurs titres en 2020-21.

Photo : Radio-Canada / François Le Blanc

François Le Blanc

Les restrictions sanitaires forcent les Panthères du Haut-Madawaska à prendre une année sabbatique du Circuit régional de hockey senior, dans le nord-ouest du Nouveau-Brunswick. Cette pause forcée par la COVID-19 ne se fait pas de gaieté de coeur, surtout que l'équipe n'a pas reçu de soutien du reste de la ligue.

La pandémie affecte durement l'équipe du Haut-Madawaska. La COVID empêche mes joueurs du Québec de venir, lance Léonard Viel, gérant des Panthères, qui est à court de solutions. Il n'a pas le choix de suspendre les activités de l'équipe.

Homme barbu, dans une salle, donnant une entrevue.

Léonard Viel est gérant des Panthères du Haut-Madawaska (archives)

Photo : Radio-Canada / Gilles Landry

Les Panthères peuvent recruter des joueurs au Québec, jusqu'à Pohénégamook. Avec la fermeture de la frontière entre le Nouveau-Brunswick et le Québec par le gouvernement Higgs, douze de ses joueurs ne pourraient venir jouer à Saint-François-de-Madawaska.

De plus, j'ai un joueur des États-Unis, qui lui non plus ne peut venir, ajoute M. Viel. Son territoire étant amputé, seulement sept joueurs seraient disponibles, ce qui est insuffisant.

Des véhicules circulent lentement entre des rangées de cônes installées sur la route pour le point de contrôle.

Les autorités au Nouveau-Brunswick ont fermé la frontières avec le Québec à la mi-mars. Des contrôles sont installés sur la Transcanadienne près d'Edmundston.

Photo : Radio-Canada / Bernard LeBel

Monsieur Viel aurait aimé pouvoir obtenir des renforts, comme des joueurs d'autres ligues qui sont en pause ou de patineurs dits importés (anciens professionnels ou universitaires). Mais, il a essuyé un refus catégorique.

Je suis un peu amer, lance Léonard Viel, gérant des Panthères. Toutes les autres demandes qui ont été faites par les autres équipes, on a voté oui. Mais toutes nos demandes ont été rejetées.

Quand la jalousie l'emporte sur les affaires, c'est ça qui arrive. Ça doit être parce que ça fait une couple d'années qu'on gagne. Ils voulaient nous voir dans le bas de l'échelle.

Léonard Viel

Il jugeait cette aide nécessaire pour continuer. Le territoire du Haut-Madawaska ne compte que 3714 citoyens, rappelle-t-il.

De plus, tout le sud de la province est passé en phase orange. Les Panthères comptent sur quatre joueurs qui voyagent, tous les week-ends, pour disputer les parties dans le Nord-ouest. Ces déplacements sont jugés non-essentiels par la Santé publique provinciale.

Joueur avec casque sur la patinoire.

Dean Ouellet est l'un des joueurs des Panthères du Haut-Madawaska. C'est un ancien des Aigles Bleus au hockey universitaire.

Photo : Radio-Canada / François Le Blanc

La pause des Panthères n'est que temporaire. On a eu une réunion avec tous les joueurs mercredi soir. Tous ont accepté de prendre une année de congé et de revenir en force l'année prochaine, assure M. Viel.

Les sept joueurs seront soumis à un repêchage intraligue, dimanche, et pourront se joindre à une nouvelle formation pour la saison 2020-2021 uniquement.

Normand Thériault en entrevue.

Normand Thériault avait assuré l'intérim à la président du CRH lors de la démission en bloc de membres du Conseil d'administration. Il a été confirmé dans sa fonction durant l'été.

Photo : Radio-Canada / Gilles Landry

Le président du CRH, Normand Thériault, ne souhaitait commenter à ce sujet. Il préfère concentrer ses efforts sur le début de la saison, dans deux semaines. Une des équipes Perth-Andover est en phase orange et ne peut jouer.

M. Thériault espère que le retour au jeu se passera sans anicroche.

Il faut que les gens soient responsables. La pandémie ne va pas partir demain matin. Si on veut avoir du hockey cette année, il faut respecter les consignes, explique-t-il.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !