•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les femmes ont plus souffert de la pandémie en C.-B., selon une étude

Des usagers munis d'un masque s'apprêtent à prendre un bus Translink.

Le taux de chômage des femmes a atteint 28 % en avril, alors que le taux provincial global se situait à 11 %. (Archives)

Photo : Radio-Canada / Alexandre Lamic

Radio-Canada

Une étude de la Fondation pour la santé des femmes de la Colombie-Britannique révèle que les femmes ont été affectées négativement par la COVID-19 de façon disproportionnée dans la province. Celles-ci sont plus susceptibles d'occuper des postes qui demandent d'interagir avec le public et ont été contraintes d'assumer des responsabilités accrues à la maison.

Au début de la pandémie, en mars, les femmes ont perdu 60 % plus d'emplois que les hommes dans la province, selon le rapport.

En Colombie-Britannique, 53 % des femmes travaillent dans le commerce de détail, les soins de santé, l'éducation ou les services d'hébergement et de restauration.

Ces quatre secteurs ont été parmi les premiers à subir des pertes d'emplois importantes et qui ont duré plus longtemps, explique Marina Adshade, qui est économiste à l’Université de la Colombie-Britannique (UBC) et l’une des autrices du rapport.

Par conséquent, l’étude indique que le taux de chômage des femmes a grimpé à 28 % en avril, alors que le taux provincial global était comparativement beaucoup plus bas, à 11 %, selon le portail gouvernemental Work BC.

La nature de ces emplois a également rendu les femmes plus susceptibles d'être infectées par le coronavirus.

Elles ont beaucoup de relations avec le public et courent donc un risque accru d'attraper la COVID-19, affirme Mme Adshade, qui a analysé de nombreux ensembles de données, dont celles de Statistique Canada, et a effectué une revue de la littérature universitaire pour produire le rapport.

Même dans les industries qui emploient des taux similaires d'hommes et de femmes, la professeure Adshade affirme que les rôles spécifiques que les femmes occupent sont plus à risque.

Elle cite en exemple les secteurs de la vente au détail, où les hommes occupent souvent des postes de direction et les femmes occupent des postes de vente ou de caissière.

Les hommes ne sont pas aussi susceptibles de se trouver [...] sur le plancher et de traiter avec le grand public comme le sont les femmes, soutient-elle.

Plus de responsabilités à la maison

La pandémie a également ajouté des niveaux supplémentaires de responsabilités de soins aux parents à mesure que les écoles et les centres de loisirs ont fermé.

Les mères et travailleuses âgées de 24 à 55 ans ont perdu 26 % de leurs heures de travail en avril pour assumer ces responsabilités supplémentaires, selon le rapport, tandis que les hommes qui travaillent, en comparaison, ont perdu environ 14 % de leurs heures de travail.

Il y a un grand nombre de femmes dans cette province [...] qui sont encore au travail, indique toutefois la professeure Adshade, ajoutant que ces femmes doivent également trouver un équilibre entre la garde d'enfants, les soins aux personnes âgées et les soins aux membres malades de la famille.

Ça a été beaucoup plus difficile pour ces femmes.

Marina Adshade espère que le rapport va créer un espace de discussion. Nous devons nous concentrer spécifiquement sur la santé des femmes et sur la manière dont elle affecte les femmes, soutient-elle.

Nous devons faire ça, non seulement parce que c'est la bonne chose à faire, mais en termes de vigueur de notre économie ici, en Colombie-Britannique, nous ne pouvons tout simplement pas nous permettre d'ignorer ça.

Ailleurs sur le web :

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !